Commerce en Moselle – Le hard-discounter Mere viendra-t-il à Thionville?
Publié

Commerce en MoselleLe hard-discounter Mere viendra-t-il à Thionville?

THIONVILLE - Alors qu'il devait ouvrir ses portes en janvier, le hard-discounter d'origine russe laisse à présent planer le doute sur sa volonté de s'implanter au Linkling.

Le hard-discounter russe devait s'implanter à la place de l'ancien Leader Price, zone du Linkling, à Thionville.

Le hard-discounter russe devait s'implanter à la place de l'ancien Leader Price, zone du Linkling, à Thionville.

AFP/Google Maps

Déjà présent en Europe en Allemagne, Espagne, Roumanie, Pologne et Lituanie, le hard-discounter russe Mere avait annoncé, en septembre 2021, qu'il allait ouvrir trois magasins dans l'est de la France, dont un à Thionville (Moselle). Aujourd'hui pourtant, la mairie de la ville mosellane ne dispose pas d'informations très précises concernant une éventuelle implantation de l'enseigne en lieu et place de l'ancien Leader Price, sur la zone du Linkling.

Si le groupe Svetofor a bien signé un bail en 2021, de même qu'à Sainte-Marguerite (Vosges) et Pont-Sainte-Marie (Aube) - connu pour ses magasins d'usine, il n'a engagé aucune démarche supplémentaire laissant penser qu'il allait bien s'implanter à Thionville. Cité par Le Républicain Lorrain, l'agent immobilier chargé du dossier affirme qu'il n'a pas été rétribué pour sa mission. Selon lui, les représentants de Mere en France sont installés dans des bureaux de la tour Montparnasse à Paris mais ne répondent pas au téléphone...

«Prix en magasin de 10 à 20% inférieurs à la moyenne du marché»

Quoi qu'il en soit, le hard-discounter russe ne viendra pas à Sainte-Marguerite, dans les Vosges. L'enseigne a informé les élus qu'elle abandonnait le projet. De son côté, la mairie de Thionville préfère parler de «statu quo» plutôt d'arrêt définitif des tractations.

Revendiquant des «prix en magasin de 10 à 20% inférieurs à la moyenne du marché», l'entreprise a commencé à se développer hors de Russie en 2015, et est désormais présente, outre les pays européens déjà évoqués, en Chine, au Kazakhstan, en Ukraine et en Biélorussie. Elle prévoit un «développement actif dans les pays de l'Union européenne et en Asie». Elle s'appuie notamment sur un modèle particulier, ne payant les fournisseurs que pour les marchandises vendues, leur renvoyant celles qui ne le seraient pas.

(pp/L'essentiel)

Ton opinion