Scandale alimentaire – Le lait chinois fait une nouvelle fois parler de lui

Publié

Scandale alimentaireLe lait chinois fait une nouvelle fois parler de lui

Les autorités chinoises ont affiché vendredi leur détermination à lutter contre l'utilisation de protéines issues de la peau d'animaux dans les produits laitiers.

Afin de tenter de mettre fin aux multiples scandales sanitaires, Pékin annonce une hausse des contrôles sanitaires.

Afin de tenter de mettre fin aux multiples scandales sanitaires, Pékin annonce une hausse des contrôles sanitaires.

AFP

Les autorités vont "réprimer sévèrement les sociétés qui transforment illégalement ou produisent du lait contenant des protéines de cuir", selon l'Administration chargée des contrôles qualité des produits (AQSIQ). Les protéines de cuir sont issues de lambeaux de peaux animales et peuvent être dangereuses pour la santé si des substances chimiques comme l'acide sulphurique sont utilisées pour les extraire, avait expliqué plus tôt la presse chinoise.

Le gouvernement a interdit en février 2009 l'ajout de protéines de cuir dans les produits alimentaires destinés à la consommation humaine, mais certains producteurs peu scrupuleux en mettent dans leurs produits laitiers pour élever leur taux de protéines, selon l'AQSIQ. Ni le gouvernement ni les journaux n'ont fait état d'un usage de ces protéines à grande échelle, mais Pékin paraît désireux de rassurer le public chinois après le retentissant scandale du lait contaminé à la mélamine, qui a mis à mal la réputation de la filière depuis 2008.

La mélamine est une substance chimique toxique qui simule un apport en protéines et permet aux producteurs de tricher en ajoutant de l'eau au lait. L'ajout de mélamine avait provoqué la mort d'au moins six bébés et été responsable de 300 000 maladies rénales graves chez de jeunes enfants. Depuis ce scandale, des informations font régulièrement état de nouveaux cas d'usage de cette substance.

(L'essentiel Online/AFP)

En mars 2009, les autorités ont fermé l'entreprise Chenyuan Dairy à Jinhua, dans la province orientale du Zhejiang, après avoir déterminé que des protéines de cuir y étaient utilisées, a rapporté vendredi le quotidien China Daily. Le ministère de l'Agriculture a annoncé pour sa part que les autorités allaient effectuer cette année 6 450 tests sur des produits laitiers. La sécurité alimentaire est un grave problème en Chine. Les produits contaminés ou frelatés vont des champignons artificiellement blanchis au faux tofu (fromage de soja) en passant par l'huile de cuisine recyclée et aux oranges peinturlurées.

Ton opinion