Communication – Le langage des geeks se popularise

Publié

CommunicationLe langage des geeks se popularise

Google et Facebook se sont mis au «leet speak», réservé aux cinglés de l’informatique.

Tout vrai geek se doit de parler «leet speak», pardon, «1337 5|*34|<», sous peine de passer pour un «n00b», un bleu qui ni connaît rien. Imaginé à la fin des années 1980 par des programmeurs informatiques, ce langage a fait peu à peu son nid dans la culture populaire internet. Il n’est désormais plus l’apanage de hackers ni celui des accros de parties interminables en réseau.

Il a en effet été adopté par des services tels que Google ou Facebook. On peut désormais configurer sa page sur le réseau social en langage «leet speak», en faisant les modifications nécessaires dans «Options de compte, langage». On peut aussi taper des requêtes sur le moteur de recherche, avec les deux options «Recherche Google» et «J’ai de la chance» traduites en bonne et due forme.

Ce langage écrit doit son nom à l’expression anglophone «elite speak». Il mélange les caractères alphanumériques ASCII de manière peu orthodoxe. Le 5 prend, par exemple, volontiers la place du S, le 7 celle du T ou encore le 4 celle du A. Les règles de grammaire sont basiques et ne font pas de distinction entre minuscules et majuscules.

Attention, le «leet» compte différents degrés de codage. L’expression «geeks gone wild» («des geeks devenus fous») se traduit, en codage simplifié, «G33KS G0N3 W!LD» ou, pour les initiés «633|<5 60|\|3 vv!£|)».

Des tables de conversion plus ou moins complexes permettent aux néophythes de faire leurs gammes. Les plus flemmards se rabattront sur des traducteurs en ligne beaucoup plus aléatoires.

Ton opinion