Milan – Le lavabo lâche sous la fougue des amants
Publié

MilanLe lavabo lâche sous la fougue des amants

Une discothèque milanaise veut éviter les accidents dus aux parties de jambes en l’air. Elle a apposé un panneau interdisant toute forme d’accouplement dans les toilettes.

«Ces toilettes sont réservées uniquement aux personnes handicapées. Il est strictement interdit d’y pratiquer, ainsi que dans n’importe quel autre lieu du local, une forme quelconque d’accouplement, protégé ou pas.»

«Ces toilettes sont réservées uniquement aux personnes handicapées. Il est strictement interdit d’y pratiquer, ainsi que dans n’importe quel autre lieu du local, une forme quelconque d’accouplement, protégé ou pas.»

Les lavabos sont habituellement conçus pour se laver les mains, le visage, etc. Mais dans la discothèque milanaise «La Banque», le sanitaire est également utilisé pour les accouplements. Et les personnes qui y pratiquent des parties de jambes en l’air prennent des risques insensés, qui ne sont pas uniquement sexuellement transmissibles.

La semaine dernière, deux jeunes personnes âgées de 20 ans, ont eu l’idée d’aller passer du bon temps dans les toilettes de l’établissement réservées aux handicapés. Mais sous le poids et les coups de buttoir de l’amant, l’évier s’est détaché. Il est alors tombé avant de se briser en mille morceaux, coupant la jeune femme à un mollet. La victime a dû se faire mettre des points de suture.

«Dans les toilettes pour se laisser aller»

Conscient des risques qu’encouraient ses clients, le propriétaire de la boîte de nuit a interdit tout accouplement dans son local. Il a affiché une directive devant les WC sur laquelle on peut lire : «Ces toilettes sont réservées uniquement aux personnes handicapées. Il est strictement interdit d’y pratiquer, ainsi que dans n’importe quel autre lieu du local, une forme quelconque d’accouplement, protégé ou pas.»

«Avec mes collaborateurs, nous avons arrêté plusieurs couples qui se rendaient dans les toilettes pour se laisser aller. Nous faisons la promotion de rapports sexuels protégés, mais je ne me serais jamais douté que quelqu’un réussisse à se faire mal en cassant un des lavabos», a expliqué le propriétaire du club au quotidien Repubblica.

(L'essentiel Online/20minutes)

Ton opinion