Classement – Le Luxembourg, 18e pays le plus heureux du monde
Publié

ClassementLe Luxembourg, 18e pays le plus heureux du monde

LUXEMBOURG - Le Grand-Duché occupe la 18e place du World Happiness Report 2017, lancé par les Nations unies. La Norvège est en tête.

Le Grand-Duché se distingue notamment par son niveau de vie et la liberté qu'ont ses habitants au moment de faire des choix de vie.

Le Grand-Duché se distingue notamment par son niveau de vie et la liberté qu'ont ses habitants au moment de faire des choix de vie.

La Norvège détrône le Danemark comme «pays le plus heureux du monde» dans le World Happiness Report 2017 du Réseau des solutions pour le développement durable (SDSN). Ce programme mondial a été lancé par les Nations unies en 2012. Le Danemark et l'Islande complètent le podium, puis viennent dans l'ordre la Suisse, la Finlande, les Pays-Bas, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l'Australie et la Suède.

Le Luxembourg, qui était 20e en 2016, est cette fois 18e (juste derrière l'Allemagne et la Belgique) de ce classement qui a étudié 155 pays en fonction de six facteurs: produit intérieur brut (PIB) par habitant, espérance de vie en bonne santé, liberté, générosité, aide sociale et perception de la corruption dans le gouvernement ou les affaires. Le Grand-Duché se distingue notamment par son niveau de vie et la liberté qu'ont ses habitants au moment de faire des choix de vie. L'aspect «générosité» est en revanche moins un atout selon l'étude...

Degré de confiance

«Les pays heureux sont ceux qui jouissent d'un équilibre sain entre la prospérité, mesurée de manière conventionnelle, et le capital social, qui signifie un degré de confiance élevé dans une société, des inégalités faibles et la confiance dans le gouvernement», explique Jeffrey Sachs, directeur du SDSN et conseiller spécial du secrétaire général de l'ONU.

La France se classe 31e, l'Italie 48e et le Portugal 89e. La queue du peloton est formée de pays d'Afrique sub-saharienne, Soudan du Sud, Liberia, Guinée, Togo, Rwanda, Tanzanie, Burundi et République centrafricaine, qui ferme la marche. S'y ajoutent la Syrie et le Yémen, dévastés par la guerre. L'objectif de ce cinquième rapport annuel est de fournir un outil supplémentaire aux gouvernements, aux milieux d'affaires et à la société civile pour améliorer le bien-être de leurs pays.

(NC/L'essentiel/ats)

Ton opinion