Navire historique – Le Luxembourg a racheté le bateau MS Marie-Astrid

Publié

Navire historiqueLe Luxembourg a racheté le bateau MS Marie-Astrid

SCHENGEN - Le contrat d'achat du navire sur lequel a été signé l'accord de Schengen a été paraphé mardi, annonce mercredi, la direction générale du tourisme.

MS Regensburg

MS Regensburg

Le MS Princesse Marie-Astrid est à nouveau luxembourgeois! Le contrat d'achat a été signé mardi à Regensburg, en Allemagne, annonce ce mercredi, la direction générale du tourisme. Une délégation luxembourgeoise menée par le ministre du Tourisme Lex Delles et le bourgmestre de Schengen Michel Gloden s'est rendue en Allemagne pour parapher le document, avec le propriétaire actuel. Le montant de l'acquisition s'élève à 630 000 euros, précise un porte-parole du ministère, contacté par L'essentiel.

Depuis quelques années, le MS Princesse Marie-Astrid est en effet baptisé MS Regensburg et transporte des touristes en excursion sur le Danube. Pourtant, le navire a une valeur historique pour le Grand-Duché: c'est à son bord, sur la Moselle, qu'a été signé l'accord de Schengen, le 14 juin 1985. Le gouvernement avait donc décidé en mai dernier de le rapatrier et de lui donner une nouvelle vie.

«Particulièrement fiers»

Le retour au pays du navire sera suivi d'un appel à projet pour sa transformation, la mise en place d'une muséographie et la construction d'un nouveau quai à Schengen. Un espace d'exposition et de performance adaptable à de nombreuses formes d'art ou d'activités doit être mis en place sur le bateau. Le projet d'un coût total de 5,81 millions d'euros doit s'achever courant 2025. C'est à ce moment-là que le Marie-Astrid reviendra au Luxembourg, après avoir subi quelques travaux.

Pour le bourgmestre de Schengen Michel Gloden, ce retour «est une grande opportunité pour la commune. Nous sommes particulièrement fiers que le bateau, sur lequel a été signé l'accord de Schengen et qui promeut les valeurs européennes, revienne à Schengen, symbole du berceau de l'Europe sans frontière». Le ministre Lex Delles y voit lui «une excellente opportunité pour le tourisme de mémoire» que le gouvernement veut promouvoir.

(jw/L'essentiel)

Ton opinion