Investissements: Le Luxembourg ajoute 127 millions d'euros pour le spatial

Publié

InvestissementsLe Luxembourg ajoute 127 millions d'euros pour le spatial

PARIS/LUXEMBOURG – Le Grand-Duché participera à hauteur de 127 millions d'euros dans les prochains projets de l'agence spatiale européenne (ESA). Une somme similaire à celle investie en 2019.

par
Nicolas Martin, à Paris
Franz Fayot, aux côtés de Josef Aschbacher, directeur de l'Agence spatiale européenne.

Franz Fayot, aux côtés de Josef Aschbacher, directeur de l'Agence spatiale européenne.

Editpress

Les ministres des Etats membres de l'agence spatiale européenne se sont mis d'accord mercredi à Paris pour porter à 16,9 milliards d'euros le budget de l'ESA pour les trois prochaines années. C'est beaucoup plus qu'il y a trois ans (13,5 milliards), mais un peu moins que les 18 milliards qu'espérait l'agence pour concurrencer les chinois et les américains.

«L'ESA a presque atteint son objectif dans un contexte économique difficile donc c'est globalement un très bon résultat», a insisté le ministre luxembourgeois de l'économie Franz Fayot. «Pour le Luxembourg on a une enveloppe de 121 millions pour des programmes optionnels (plus six millions pour le programme obligatoire de science spatiale). C'est à peu près au même niveau qu'à Séville il y a trois ans (NDLR 129 millions d'euros)» a précisé le ministre.

Franz Fayot (à droite) en compagnie de Raphaël Liégeois, le Belgo-Luxembourgeois fait partie des nouveaux astronautes recrutés par l'Agence spatiale européenne (ESA).

Franz Fayot (à droite) en compagnie de Raphaël Liégeois, le Belgo-Luxembourgeois fait partie des nouveaux astronautes recrutés par l'Agence spatiale européenne (ESA).

L'essentiel

«C'est de l'argent qui va bénéficier aux entreprises luxembourgeoises. On a financé des programmes qui concernent surtout des applications commerciales dans le domaine des télécommunications de l'observation de la Terre et des services en orbite pour prolonger la durée de vie des grands satellites actuels (SES). On peut en prolonger la durée de vie jusqu'à cinq ans. C'est de l'économie durable dans l'espace» a-t-il ajouté

«C'est le moment pour nous de contribuer à de nouveaux programmes de l'ESA qui vont permettre à nos entreprises et nos centres de recherche de réaliser leurs projets et généralement de développer des produits et des services qui pourront ensuite être commercialisés», rappelle le directeur de l'agence spatiale luxembourgeoise.

Si le budget luxembourgeois n'explose pas, Franz Fayot estime «que cela n'était pas nécessaire. C'est une très belle enveloppe, on est un petit pays et on est parmi les pays ambitieux dans le secteur spatial. On poursuit notre effort sur la durée. Il faut un souffle long pour réussir dans ce domaine et c'est ce qu'on fait. Les investisseurs sont attirés et impressionnés par ce qu'on a déjà construit au Luxembourg», assure encore le ministre.

Ton opinion

32 commentaires