Politique énergétique – Le Luxembourg bon élève, mais peut mieux faire

Publié

Politique énergétiqueLe Luxembourg bon élève, mais peut mieux faire

La directrice exécutive de l’AIE (l’Agence internationale de l’énergie) Maria Van der Hoeven, a remis un rapport au ministre de l’Économie, Étienne Schneider, sur la politique énergétique du Grand-Duché.

Le port de Mertert va voir ses capacités de stockage augmenter afin de garantir l'approvisionnement pétrolier.

Le port de Mertert va voir ses capacités de stockage augmenter afin de garantir l'approvisionnement pétrolier.

Editpress

Dans son rapport, la directrice exécutive de l’AIE (l’Agence internationale de l’énergie) Maria Van der Hoeven souligne les efforts importants du Luxembourg en matière de limitation des émissions de gaz à effet de serre. Celles-ci ont, en effet, diminué de 8,2% depuis 1990, conformément au protocole de Kyoto. Maria Van der Hoeven cite d’ailleurs le Luxembourg comme un bon élève parmi les pays développés.

L’AIE exprime également sa satisfaction, vis-à-vis du budget consacré à la recherche dans les énergies renouvelables. Il représentait ainsi 31% du budget total de la recherche, en 2011. En 2012, ce budget est même passé de 24,65 millions d’euros à 71,4 millions d’euros.

Les faiblesses énergétiques du Grand-Duché

L’AIE souligne d’abord l’extrême dépendance énergétique du Luxembourg, rappelant que le pays importe presque la totalité de ses besoins en énergie. En ces temps de tensions internationales, les questions de la sécurité énergétique se posent inévitablement, d’autant plus que 88% des produits pétroliers sont utilisés par les transports. Cette part très importante ne va pas sans poser le problème du stockage. Il faudrait en effet 480 000 m3 de citerne pour garantir l’approvisionnement pétrolier du Luxembourg. Actuellement, le pays ne dispose que de 198 000 m3 et en 2019, avec la fermeture des réserves à Bertrange, de 70 000 m3.

«Cette capacité est insuffisante» a concédé Étienne Schneider, qui a rappelé l’ambitieux plan de développement des réserves pétrolières, avec deux nouveaux dépôts à Bascharage et Luxembourg-Merl, mais aussi l’accroissement des capacités de stockage au port de Mertert, à Leudelange et à Käerjeng. Enfin, le ministre de l’Économie a annoncé vouloir renforcer les interconnexions frontalières avec la Belgique pour le gaz et pour l’électricité.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion