Fusion de LU-CIX et LIX – Le Luxembourg, carrefour du Net européen

Publié

Fusion de LU-CIX et LIXLe Luxembourg, carrefour du Net européen

LUXEMBOURG - Deux nœuds majeurs du pays fusionnent pour accroître la vitesse et la capacité des connexions. «L'essentiel Online» présente le futur de l'Internet luxembourgeois.

La fusion de LIX et LU-CIX a été annoncée mardi.

La fusion de LIX et LU-CIX a été annoncée mardi.

L'essentiel/DR

Des autoroutes plus rapides et en ligne droite. La métaphore n’est pas récente mais permet à tout le monde de comprendre l’enjeu. Si LIX et LU-CIX, les deux nœuds d’échanges Internet du Luxembourg viennent de fusionner, c’est dans une optique de performance et de visibilité. Le nœud, «un carrefour d’information», comme l’explique Claude Demuth, CEO de LU-CIX. Au Luxembourg, il y a de belles autoroutes (les fibres), de grosses entreprises tout le long (des data centers) «avec de gros opérateurs comme Skype ou Amazon, donc beaucoup de contenu qui transite, mais nous n’avions pas de carrefour».

En réalité: il y avait deux nœuds, depuis quelque temps, mais ils n’étaient pas reliés entre eux. Certes, cela permettait aux internautes se connectant depuis un poste au Luxembourg de ne pas passer par Bruxelles ou Amsterdam pour aller sur les services du Grand-Duché, mais ce n’était pas suffisant. «Avec les nœuds, LIX et LU-CIX partagent désormais ceux qui se connectaient à l’un ou l’autre pour circuler. En passant par un nœud unique fort, le chemin est plus court, le temps est donc réduit». Car même «avec une Ferrari, il fallait faire un long détour» pour arriver à bonne destination.

Une vitrine pour l’extérieur

LIX et LU-CIX, les deux nœuds, sont donc désormais reliés. «Une plate-forme commune qui profitera à tout le monde: clients, opérateurs et services. Ce sera plus court, plus rapide, avec plus de contenu qui transite pour beaucoup plus de clients». Tout ceci en relation avec le gouvernement qui souhaite placer le pays au cœur de l’Europe, notamment avec le programme LuxCloud dont LU-CIX fait partie. «Cela fait deux ans que nous faisons la promotion technique du Luxembourg dans l’Europe. Avec ce nouveau nœud, c’est une vitrine pour l’extérieur. C’était notre seul point faible jusqu’à présent».

Désormais, le Grand-Duché est «crédible» à l’étranger, et peut faire venir de nouveaux clients potentiels sur le territoire. «Cela augmente la compétitivité et change l’indicateur de la performance du pays». La fusion effective se fera dans les semaines à venir. François Biltgen, ministre des Communications et des Médias, qui annonçait récemment vouloir faire du Luxembourg un «hub européen» pour 2015, s’est félicité, mardi, de voir émerger «un acteur national, un atout supplémentaire pour le Luxembourg».

Jonathan Vaucher/L'essentiel Online

Ton opinion