D'ici 2028: Le Luxembourg dépensera près d'un milliard par an pour sa défense
Publié

D'ici 2028Le Luxembourg dépensera près d'un milliard par an pour sa défense

LUXEMBOURG – Le Grand-Duché va augmenter son «effort de défense» pour le porter à 1% du PIB d'ici 2028, a annoncé ce vendredi matin le ministre de la Défense François Bausch.

Le budget de la défense luxembourgeoise va substantiellement augmenter dans les années à venir, a annoncé le ministre de la Défense François Bausch. Celui-ci a présenté ce vendredi la planification de l'effort de défense du pays pour la période 2023-2028. Un effort revu à la hausse, notamment en raison de la situation internationale actuelle, dont la guerre en Ukraine.

Ainsi, la défense coûtera, sur 6 ans, 793 millions d'euros de plus que prévu lors de la précédente planification, pour atteindre 4,66 milliards d'euros au total sur la période. L'objectif est de passer de 0,71% du PIB pour la défense en 2023, soit 573 millions d'euros, à 1% en 2028, soit 994 millions d'euros, pas loin du milliard, donc.

Loin des recommandations de l'Otan

«Les investissements planifiés répondent à nos objectifs capacitaires, à nos besoins et à ceux de nos partenaires», explique le ministre Bausch. «À travers cette approche, le Luxembourg affirme sa position de partenaire solidaire et fiable en matière de défense au sein de l'Otan et de l'UE». Le plan de financement luxembourgeois doit être présenté aux partenaires internationaux lors d'un sommet de l'OTAN à la fin du mois.

L'organisation militaire internationale recommande d'ailleurs à ses membres d'allouer 2% de leur PIB à la défense. Le Grand-Duché en reste loin, justifiant cet écart par le PIB par habitant nettement plus élevé chez nous que chez les voisins. «Dépenser plus ne signifie pas nécessairement être plus efficace et ne doit pas être une fin en soi», relève le ministre.

Dans le détail, ces budgets devront notamment servir à acquérir du matériel et des équipements militaires, mettre en place un stock de munitions selon les exigences de l'OTAN ou encore mettre en place une infrastructure pour un bataillon de reconnaissance belgo-luxembourgeois d'ici 2028. L'armée luxembourgeoise doit aussi développer sa contribution à des programmes de surveillance aérienne de l'OTAN, élargir ses capacités dans le domaine spatial ou encore rénover et maintenir son infrastructure militaire nationale.

(jw)

Ton opinion

25 commentaires