Publié

Mesures sanitairesLe Luxembourg, dernier repaire pour danser la nuit

LUXEMBOURG - Avec la fermeture des discothèques en France et en Belgique, le Luxembourg doit-il s'attendre à un afflux de clients dans ses établissements de nuit?

Les discothèques du Luxembourg peuvent toujours ouvrir jusqu'à 3 heures du matin.

Les discothèques du Luxembourg peuvent toujours ouvrir jusqu'à 3 heures du matin.

Editpress

Les «nighteurs» de la Grande Région vont rapidement voir leurs possibilités se réduire, à partir de ce week-end. Le Luxembourg pourrait bien devenir, l'espace de quelques semaines, le rendez-vous du monde de la nuit. Après la Belgique et le land frontalier de la Sarre (Allemagne), la France vient également de décréter une fermeture des discothèques du 10 décembre au 6 janvier, afin de limiter la nouvelle vague de Covid-19 qui déferle sur l'Europe. En Rhénanie-Palatinat, les établissements devront fermer avant Noël.

Dépités par cette décision, habitués des pistes de danse et autres gérants d'établissements lorrains ont d'ores et déjà annoncé une migration temporaire... vers le Grand-Duché. Une bonne nouvelle pour les discothèques locales qui, pour certaines, ont noté une hausse des réservations venues de l'autre côté de la frontière. C'est notamment le cas du Lenox Club, près de la gare de Luxembourg: «Depuis lundi, je reçois énormément de messages de clients venus de France», glisse Megane Solin, gérante. De quoi craindre un afflux de groupes venus de France et de Belgique?

Fin de soirée à 3 heures

Sur ce point, les patrons interrogés par L'essentiel se veulent rassurants. «Je ne crois pas que cela sera très différent des autres soirées», explique David Pascoal, event manager au Gotham. «D'autant qu'une partie de la clientèle a encore un peu peur de sortir en raison de la pandémie». Quant à la capacité de répondre à la demande, Megane Solin ne se fait pas de souci outre mesure. «Notre club est grand, la sécurité saura gérer. C'est plus à la fermeture de la discothèque que la situation n'est pas idéale».

Car si les boîtes de nuit du Luxembourg sont toujours ouvertes, elles ont également la particularité de fermer leurs portes à 3 heures. Et ce, depuis la réouverture: «Les gens sortent tous en même temps au milieu de la nuit, sont sur le trottoir, sans transport public. Quant à nous, nous perdons 3 heures de travail par rapport aux horaires d'ouverture jusqu'à 6 heures, avant le début de la crise».

La crainte d'une fermeture

Néanmoins, les patrons et gérants de discothèques sont bien conscients qu'il s'agit là d'un moindre mal. «Tout le monde est assez content, c'est presque redevenu comme avant. Nous continuons de bosser tant qu'on peut», philosophe David Pascoal. Pas question non plus de transiger avec les mesures sanitaires, ni de les contester. Une «question de sécurité pour nos clients et pour nous», justifie le manager. «Oui, nous allons perdre de la clientèle avec le système 2G (vacciné ou guéri) mais nous ferons ce qu'on nous demande. Idem pour les contrôles de sécurité», poursuit Megane Solin, qui avoue tout de même «craindre une fermeture» comme dans le reste de la Grande Région.

Interrogé par L'essentiel, le ministère de la Santé n'a pas écarté cette solution, renvoyant une éventuelle décision «à l'évolution de la situation sanitaire». Les autorités de santé expliquent «ne pas pouvoir prévoir» une arrivée massive d'une clientèle frontalière et rappellent que le CovidCheck renforcé «s’applique bien évidemment aux discothèques».

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion