Conseil de sécurité – Le Luxembourg élu au Conseil de sécurité
Publié

Conseil de sécuritéLe Luxembourg élu au Conseil de sécurité

L’Assemblée générale des Nations unies s'est réunie ce jeudi et a élu, pour la première fois, le Luxembourg membre non-permanents du Conseil de sécurité pour 2013/2014.

Jean Asselborn emmenait la délégation luxembourgeoise.

Jean Asselborn emmenait la délégation luxembourgeoise.

Sur les 193 pays membres de l'ONU, le Luxembourg avec 131 voix a largement devancé la Finlande, créant la surprise. La Corée du Sud décroche également un siège en recueillant 149 voix devant le Cambodge (43 voix). La majorité requise était de 129 voix.

Ces deux États rejoignent trois autres pays élus au premier tour: le Rwanda, l'Australie et l'Argentine. Le Conseil, qui compte 15 membres, renouvelle chaque année cinq de ses dix sièges de membres non permanents, sur une base régionale. L'élection du Rwanda et de l'Argentine, qui n'avaient pas d'adversaire dans leurs régions respectives, était attendue. Mais le Luxembourg a créé la surprise en devançant la Finlande, que beaucoup de diplomates donnaient favorite. Le Luxembourg, membre de l'ONU depuis 1945 et membre fondateur de l'Union européenne, n'a jamais siégé au Conseil. L'Australie y a déjà siégé quatre fois, la Finlande deux, le Rwanda une fois, la Corée du Sud une fois, et l'Argentine huit fois.

L'appui du Grand-Duc

Le 26 septembre dernier, le Grand-Duc Henri avait fait le déplacement à New York lors de l’Assemblée des Nations unies pour appuyer la candidature du Luxembourg. Dans le budget 2013, 727 953 euros ont d’ores et déjà été attribués au ministère des Affaires étrangères en prévision de l’élection.

Les pays choisis remplaceront à partir de janvier l'Afrique du Sud, l'Allemagne, la Colombie, l'Inde et le Portugal. Les cinq autres membres non permanents sont l'Azerbaïdjan, le Guatemala, le Maroc, le Pakistan et le Togo. Leur mandat s'achève à la fin 2013. Les cinq membres permanents, qui ont un droit de veto, sont les États-Unis, la Chine, la France, la Russie et le Royaume-Uni.

(MC/L'essentiel Online)

Ton opinion