Particules fines – Le Luxembourg encore loin des seuils maximums

Publié

Particules finesLe Luxembourg encore loin des seuils maximums

LUXEMBOURG - Le Grand-Duché respecte les valeurs limites imposées par la réglementation. Et s'inscrit dans les objectifs de lutte contre la pollution liée à l'abrasion des freins.

Les particules fines proviennent en grande partie du trafic routier.

Les particules fines proviennent en grande partie du trafic routier.

Depuis 2007, le niveau moyen annuel des particules fines PM10 dans les différentes stations de mesure du Luxembourg a même diminué, passant de 27 microgrammes par mètres cubes d'air à une moyenne située entre 16 et 24 microgrammes. Des chiffres encourageants quand on sait que la valeur limite annuelle dans l'Union européenne est fixée à 40 microgrammes. Une autre, fixée à 50 microgrammes, ne doit pas être dépassée pendant plus de 35 jours par an. «Les valeurs limites sont donc respectées au Luxembourg de façon ininterrompue depuis 2007, avec une marge de sécurité confortable», souligne François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures.

«Les pics de pollution concernent d'abord les grandes agglomérations. Or, Luxembourg-Ville est beaucoup plus petit que Paris et Bruxelles. Il y a donc moins de trafic routier que dans ces villes», expliquait Serge Solagna, ingénieur spécialisé dans la surveillance et la qualité de l'air à l'administration de l'Environnement, interrogé par L'essentiel en mars 2014. «Les voitures sont plus récentes au Luxembourg que dans les pays voisins, donc moins polluantes» avait-il ajouté. Sans exclure la mise en place d'une circulation alternée si la situation venait à s'aggraver.

Car les particules fines proviennent en grande partie du trafic routier. Des moteurs diesels des voitures, camions et bus en l'occurrence, mais pas uniquement. L'abrasion des routes, des pneus et des freins contribue à raison de 41% aux émissions de particules fines du trafic routier, selon l'Association de surveillance de la qualité de l'air en région Ile-de-France (Airparif). Un taux qui a grimpé à 65% sur le territoire du Grand-Duché, en 2013, selon François Bausch, favorable à une limitation à l'échelle européenne «des particules fines dues à l'abrasion des freins». Le programme européen «Horizon 2020», adopté par la commission européenne en juillet 2014, vise déjà à les réduire de 50%.

(Nico Chauty/L'essentiel)

Les stations de mesure au Luxembourg:

- Luxembourg-Bonnevoie

- Esch/Alzette

- Beckerich

- Beidweiler

- Vianden

Ton opinion