Cybersécurité – Le Luxembourg «est un lieu sûr pour les données»

Publié

CybersécuritéLe Luxembourg «est un lieu sûr pour les données»

LUXEMBOURG – En matière de cybersécurité, le Luxembourg a le vent en poupe. De plus en plus d'acteurs privés se spécialisent dans la sécurité informatique.

Sasha Baillie de l'agence «Luxinnovation», le ministre de l'Économie Étienne Schneider, et Pascal Steichen de «securitymadein.lu» (de gauche à droite).

Sasha Baillie de l'agence «Luxinnovation», le ministre de l'Économie Étienne Schneider, et Pascal Steichen de «securitymadein.lu» (de gauche à droite).

L'essentiel

Dans le cadre de la troisième édition de la semaine luxembourgeoise de la cybersécurité, le ministre de l’Économie, Étienne Schneider, en collaboration avec les agences «Luxinnovation» et «securitymadein.lu», a présenté les acteurs en charge de la sécurité informatique au Grand-Duché. Comme le ministre l'a annoncé ce lundi, lors de la conférence de presse qui s'est déroulée au Cybersecurity Competence Center (C3) à Luxembourg, le pays «est très bien positionné» dans ce domaine. Un point indispensable dans un pays dont la place financière joue un rôle aussi important.

Étienne Schneider a expliqué que la cybersécurité était déjà une priorité majeure en politique, depuis 2003. «Grâce à nos efforts, le Luxembourg est devenu un lieu sûr sur le plan international pour la conservation de données, ce qui augmente l’attractivité économique du pays», a ajouté le ministre. Le dernier «World Cybersecurity Index» a d'ailleurs placé le Grand-Duché à la 11e place, alors qu'en 2017, le pays occupait encore la 36e place.

«Énorme potentiel d'innovation»

Dans les cinq dernières années, 46% des entreprises luxembourgeoises actuellement présentes dans ce secteur d'activité ont été créées. Une évolution qu'Étienne Schneider qualifie de «positive» et «qui permet au pays de tirer au maximum profit de la digitalisation tout en réagissant aux risques résultant d'une connectivité de plus en plus importante».

Au Grand-Duché, 304 entreprises privées et publiques s'occupent de la sécurité sur Internet. Leur domaine d’activité ne se cantonne pas aux technologies de l’information et de la communication, mais s’étend jusque dans les cabinets d’avocat, les assurances et autres prestataires de services. Près de 25% de ces entreprises sont des start-up: «Cela montre l’énorme potentiel d’innovation qui existe au Luxembourg», a conclu le ministre.

(sw/L'essentiel)

Ton opinion