Conseil européen – Le Luxembourg indemnisera le chômeur frontalier

Publié

Conseil européenLe Luxembourg indemnisera le chômeur frontalier

LUXEMBOURG - Malgré l'opposition du ministre du Travail, Nicolas Schmit, l'indemnisation des frontaliers au chômage devrait revenir au dernier pays où ils étaient employés.

Nicolas Schmit n'adhère pas à la proposition de la Commission européenne, qui risque de pénaliser le Luxembourg.

Nicolas Schmit n'adhère pas à la proposition de la Commission européenne, qui risque de pénaliser le Luxembourg.

Editpress/© Editpress/fabrizio Pizzolante

«Nous ne pouvons pas adhérer à la proposition de la Commission européenne concernant le changement de paradigme dans l'indemnisation des demandeurs d'emploi. Et surtout concernant le suivi de ces personnes». Le ministre luxembourgeois du Travail, Nicolas Schmit, n'a pas mâché ses mots, jeudi, à l'issue du conseil européen qui se tenait au Kirchberg.

L'idée de la Commission européenne, soutenue par une majorité qualifiée d’États membres veut que chaque demandeur d'emploi soit indemnisé par le pays qui l'employait en dernier. Jusqu'à présent, la règle indique c'est le pays de résidence qui prend en charge ses chômeurs.

«Pour le Luxembourg ce n'est pas une question d'argent. Si le système bascule, et c'est ce qui devrait se passer, nous aurons très vite une bonne dizaine de milliers de personnes en plus à prendre en charge par l'Agence pour le développement de l'emploi (Adem) et qu'il faudra aussi suivre et accompagner. Pour le moment, l'Adem gère entre 15 et 16 000 personnes», a-t-il insisté.

Le Luxembourg n'a pas dit son dernier mot

Fustigeant la posture de la Commission européenne et de certains États membres, le ministre s'est interrogé. «Il n'est pas compréhensible qu'un règlement européen provoque une rupture dans un service public d'un État membre. C'est pourquoi nous avons besoin de temps pour nous réorganiser. Nous demandons une transition de sept ans», a-t-il fait savoir.

Si jamais la requête du Luxembourg n'était pas entendue, Nicolas Schmit a menacé de brandir l'article 48 du traité européen sur la sécurité sociale qui prévoit une procédure exceptionnelle en cas de déséquilibre substantiel d'un État membre.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Le chômage au Luxembourg et chez les voisins

Au Luxembourg: La loi prévoit une durée d'indemnisation de 12 mois à hauteur de 80% du salaire brut plafonné à un maximum de 2,5 fois le salaire minimum. Les frontaliers au chômage tomberaient donc sous le coup de la loi luxembourgeoise.

En France, l'indemnité représente 57% du salaire journalier de référence 'sur un an) pendant deux ans. En Belgique, les indemnités sont plafonnées à 2619 euros. 65% du salaire est versé les trois premiers mois, puis les indemnités sont dégressives. A noter qu'en Belgique, les indemnités peuvent être illimitées dans le temps. En Allemagne, les indemnisations de chômage représentent 60% du salaire net selon le temps d'occupation du demandeur d'emploi et son âge.

Ton opinion