Enseignement au Luxembourg – Le Luxembourg mise encore sur l'école du futur
Publié

Enseignement au LuxembourgLe Luxembourg mise encore sur l'école du futur

LUXEMBOURG - Le label «Future Hub» a été présenté mardi. Il vise à renforcer les filières dédiées aux nouvelles technologies dans les lycées. Une priorité économique.

Le ministre de l'Éducation, Claude Meisch, n'a pas eu de mal à convaincre les responsables d'établissements sur l'intérêt d'étoffer les filières innovantes.

Le ministre de l'Éducation, Claude Meisch, n'a pas eu de mal à convaincre les responsables d'établissements sur l'intérêt d'étoffer les filières innovantes.

Editpress/Isabella Finzi

Le ministère de l'Éducation nationale, qui a décidé de ne pas rater le train de «l'ère numérique», renforce encore les filières dédiées aux nouvelles technologies à travers la création d'un label Future Hub pour les lycées. L'idée étant de compléter l'existant, «d'aller plus loin», a souligné mardi le ministre Claude Meisch, persuadé que se trouvent là «les emplois d'aujourd'hui et de demain».

Concrètement, trois lycées du pays vont devenir dans un premier temps «pôles de compétences et de formation», et accueillir de nouveaux enseignements axés sur le développement de jeux vidéo, les FinTech, la sécurité informatique ou encore la gestion de bases de données. Le tout en laissant une large place à la langue anglaise. Il s'agit du Lycée des arts et métiers de la capitale et du Lycée technique d'Esch-sur-Alzette qui ouvriront chacun une classe dès la prochaine rentrée de septembre, puis suivra le futur Lycée Edward Steichen de Clervaux en 2018/2019.

17 enseignants recherchés

Ce nouveau cursus «stimulant et convivial» s'appuiera sur «des jouets robotiques», des enseignements sur tablettes... et vise à former des «futurs experts en TIC» et des «digital leaders». Tout un programme qui ambitionne de réinventer l'école au XXIe siècle. «C'est une priorité pour l'économie luxembourgeoise dans son ensemble», martèle Claude Meisch, qui n'a pas eu de mal à convaincre les responsables d'établissements.

«En 2004, nous avions 80 élèves inscrits en formation informatique, aujourd'hui ils sont 160, l'intérêt est grandissant, nous n'avons pas de doute», glisse Patrick Straus, directeur du Lycée technique d'Esch-sur-Alzette. Reste que le recrutement de 17 enseignants spécialisés est lancé mais n'est pas encore gagné: «Je crains que nous ne trouverons pas, mais nous proposerons une mesure alternative pour faire fonctionner cette formation», rassure le ministre de l'Éducation nationale.

Les élèves intéressés, qui ont réussi leur classe de 4e de l'enseignement secondaire, peuvent d'ores et déjà adresser une lettre de motivation à info@futurehub.lu.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Ton opinion