Le Luxembourg n'est pas envahi par les renards

Publié

Le Luxembourg n'est pas envahi par les renards

LUXEMBOURG Selon la ministre de l'Environnement, les renards n'ont pas commencé à proliférer dans les villes depuis que leur chasse a été abolie.

L'interdiction de la chasse au renard début 2015 avait fait craindre une prolifération trop importante de l'animal.

L'interdiction de la chasse au renard début 2015 avait fait craindre une prolifération trop importante de l'animal.

«Non», le gouvernement ne peut pas confirmer une prolifération des renards dans les villes du Luxembourg, martèle la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) en réponse aux questions des députés CSV Diane Adehm et Gilles Roth. Se demandant au passage «d'où les députés tiennent ces informations» sur une augmentation préoccupante du nombre de renards dans les zones résidentielles, la ministre rappelle qu'un comité de suivi du renard a été constitué au moment de l'abolition de la chasse au renard, début 2015. Or les experts participants à ce comité interministériel n'ont «pas su retenir des éléments scientifiques valables susceptibles de documenter une telle prolifération après l'abolition de la chasse.

Du coup, faute de prolifération, «aucune mesure n'est envisagée» pour faire sortir les renards des quartiers résidentiels. Par ailleurs, le nombre de cas d'échinococcose, une maladie qui peut être transmise à l'humain par les renards, est «très faible», avec quatre cas déclarés en dix ans, et «une campagne à large échelle ne se justifie pas». Une brochure sur le sujet avait déjà été publiée à 10 000 exemplaires. Une quatrième édition de la brochure est d'ailleurs en cours d'impression. Et, renards ou pas renards, la transmission de cette maladie «est surtout liée au comportement des gens». Il suffit de «se laver les mains après avoir travaillé la terre et avant de manger et de ne pas manger des légumes et fruits non lavés».

(L'essentiel)

Ton opinion