Crise énergétique: Le Luxembourg n’exclut pas des coupures de gaz

Publié

Crise énergétiqueLe Luxembourg n’exclut pas des coupures de gaz

LUXEMBOURG - Dans un contexte de crise de l’énergie sur fond de guerre en Ukraine, le Luxembourg a présenté jeudi son plan de sobriété. Sans mesures coercitives, pour l’instant…

par
Thomas Holzer
L’État va donner l’exemple.

L’État va donner l’exemple.

AFP

Objectif 15% de réduction de la consommation de gaz naturel d’ici au début du printemps. Le ministre de l’Énergie Claude Turmes s’est montré optimiste quant à la capacité du Luxembourg à relever le défi grâce à «des mesures volontaires», lors d’une conférence de presse organisée jeudi au ministère. Mais il n’a pas exclu la possibilité d’en arriver à des décisions contraignantes, voire des coupures, si la crise de l’énergie venait à s’aggraver.

Le ministre écologiste s’est en particulier félicité de la capacité des acteurs publics (État et communes) et privés (entreprises) à se mettre autour de la table pour tirer dans le même sens. «Cet engagement est formidable. Le modèle luxembourgeois va encore montrer sa capacité à s’entendre en amont, ce qui motivera encore davantage les citoyens».

20°C dans les bureaux des fonctionnaires

Méthode Coué ou véritable élan collectif? Les mots volontairement rassurants du ministre de l’Énergie à l’aune d’une disette unique dans l’histoire récente de l’Europe traduisent surtout le challenge qui attend le pays.

L’État va donner l’exemple avec notamment une réduction de la température à 20 degrés dans les bureaux des administrations. Même modération dans les communes appelées à devenir «un acteur clé» dans la réduction de la consommation énergétique. Présente lors de la présentation au ministère de l’Énergie, la ministre de l’Intérieur Taina Bofferding a toutefois alerté sur la nécessité de «se préparer à des situations extrêmes et imprévues».

La diminution de la consommation d’eau chaude et la baisse de l’éclairage public font également partie des mesures centrales pour aller vers la sobriété énergétique, a précisé M. Turmes.

«Rendez-vous début avril»

Du côté des entreprises et du secteur industriel, une réduction de 20 à 30% de la consommation de gaz naturel est souhaitée «avec les moyens à disposition», ont expliqué le ministre des Classes moyennes Lex Delles et les représentants des Chambre de Commerce et des Métiers. Des programmes de services et de conseils, ainsi qu’une hotline, ont notamment été mis en place pour aider les sociétés, et les commerçants ont aussi été sensibilisés.

Quant aux citoyens, le gouvernement invite par exemple les ménages qui chauffent au gaz à diminuer de 1 à 2 degrés la température dans leur domicile et davantage dans les pièces inoccupées. Cela permet d’économiser jusqu’à 10%. «J’ai bon espoir qu’on y arrive de manière collective. Rendez-vous début avril», a conclu Claude Turmes.

Ton opinion

75 commentaires