Russie/Ukraine - Le Luxembourg «prend au sérieux» la menace nucléaire

Publié

Russie/UkraineLe Luxembourg «prend au sérieux» la menace nucléaire

LUXEMBOURG - «Ne pas vivre dans l'angoisse». François Bausch évalue l'intensité de la menace nucléaire brandie par Poutine. «Le Luxembourg est protégé», assure le ministre.

par
Thomas Holzer
Le ministre de la Défense François Bausch s'est exprimé sur les menaces émanant de la Russie.

Le ministre de la Défense François Bausch s'est exprimé sur les menaces émanant de la Russie.

Editpress

Le Luxembourg et les pays Occidentaux doivent-ils s'inquiéter de la menace nucléaire agitée par le président russe Vladimir Poutine? «Il faut la prendre au sérieux, mais la population ne doit pas vivre dans l'angoisse. La protection est là», a répondu François Bausch à «L'essentiel». Comme tous les membres de l'OTAN, le Grand-Duché est protégé d'une attaque extérieure par «le parapluie nucléaire», rappelle le ministre de la Défense. «La riposte serait automatique et viendrait de tous les autres membres de l'alliance», les États-Unis y compris.

Quant au discours agressif de Vladimir Poutine, le ministre luxembourgeois rappelle qu'un monde sépare «une rhétorique dangereuse» et «le fait d'appuyer sur le bouton nucléaire». Mais l'escalade constatée au cours des derniers jours doit tout de même être considérée.

«C'est une nouvelle normalité. Très peu de leaders soviétiques ont brandi l'arme atomique comme M. Poutine le fait actuellement. Une désescalade est nécessaire, mais c'est à lui de faire le premier pas. La Russie est l'agresseur, il ne faut pas se laisser impressionner par des discours», justifie M. Bausch.

«Le Luxembourg défend l'état de droit»

Un discours ferme dans la lignée des récentes prises de position des leaders occidentaux. «L'Union européenne, le Luxembourg et les États-Unis défendent les valeurs de l'état de droit. D'où l'importance de l'alliance transatlantique». Le ministre en profite pour justifier les dépenses d'armement largement critiquées au cours des années passées: «Aujourd'hui, nous remarquons à quel point ces investissements étaient importants. Le Luxembourg a dû prendre ses responsabilités en la matière, ce n'est pas qu'aux autres de payer».

Et il va continuer à le faire. D'ici à 2023-2024, le budget de la défense va grossir pour atteindre 0,72% du PIB du Luxembourg, soit environ 700 millions d'euros par an. «L'effort a été doublé au cours des dernières années. Nous allons suivre cette ligne pour demeurer un partenaire fiable au sein de l'OTAN».

Ton opinion

29 commentaires