Le Luxembourg s'inquiète de la sécurité de Cattenom

Publié

NucléaireLe Luxembourg s'inquiète de la sécurité de Cattenom

LUXEMBOURG/CATTENOM – Faut-il fermer Cattenom? Greenpeace alerte sur la sécurité des installations, tandis que le gouvernement tente d'agir au niveau politique.

par
Thomas Holzer
La centrale nucléaire de Cattenom se situe tout près de la frontière luxembourgeoise.

La centrale nucléaire de Cattenom se situe tout près de la frontière luxembourgeoise.

Editpress

La sûreté de la centrale nucléaire de Cattenom est-elle assurée? Le sujet rebondit après la demande d'information adressée à EDF (Électricité de France) par Greenpeace Luxembourg concernant «la corrosion sous contrainte». D'après une inspection de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) relayée par l'ONG luxembourgeoise, les pièces de remplacement fabriquées en Italie pour faire face à ce phénomène d'usure n'auraient pas été correctement contrôlées, faisant craindre à Greenpeace «un risque de pièces non conformes».

«Concrètement, on ne peut pas exclure que le système de sécurité ne fonctionne pas en cas d'accident nucléaire», précise Roger Spautz, chargé de campagne interrogé par L'essentiel. Des craintes partagées par le gouvernement luxembourgeois. Également sollicité, le ministère de l'Énergie «suit avec beaucoup d'attention les problèmes de corrosion des réacteurs français et notamment ceux de Cattenom».

«Le souhait d'une fermeture rapide»

Le ministère de l'Énergie

Un échange va être sollicité avec Greenpeace, «afin de discuter des détails et de décider de la marche à suivre». Pour le ministre écologiste Claude Turmes, fervent opposant à la centrale située à la frontière luxembourgeoise, ces difficultés françaises «renforcent le souhait d'une fermeture rapide».

Début 2021, M. Turmes avait fait part de son vœu de voir les «Grünen» arriver au pouvoir, afin que l'Allemagne fasse pression sur la France pour faire fermer Cattenom, «comme elle l'avait fait pour Fessenheim». Des mois après la formation de la coalition allemande (SPD, Verts et FDP), le ministre luxembourgeois a déjà sollicité son homologue, la ministre fédérale, ainsi que «des experts allemands, notamment au cabinet de Steffi Lemke» sur le thème précis de la corrosion dans les centrales françaises.

La stratégie de l'ex-député européen pourra-t-elle fonctionner? Le doute est permis, alors que le président français Emmanuel Macron a plaidé pour une politique nucléaire «ambitieuse et durable». «La centrale de Cattenom a été conçue pour 40 ans, ce qui devait nous amener à une fermeture en 2026», déplore Roger Spautz.

«L'instruction technique est en cours», dit EDF

Invitée à réagir sur les problèmes de corrosion, la porte-parole d'EDF confirme qu'une usine italienne a bien été sollicitée pour les tuyaux de remplacement et qu'une lettre a été adressée à l'ASN, en novembre, suite aux réserves émises. «L'instruction technique est en cours, et les travaux se poursuivent. Les expertises et analyses menées depuis plus d'un an ont permis d'identifier les risques et d'accroître les connaissances sur le sujet».

Dans le cas précis de Cattenom, les travaux se poursuivent sur l'unité N°3, la date de reprise étant fixée à mars 2023. Les opérations ont été finalisées sur l'unité N°1, actuellement en phase de redémarrage, tandis que «des remplacements préventifs» seront effectués sur le deuxième réacteur.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

96 commentaires