Publié

Le Luxembourg contre le virusLe Luxembourg serre la vis dès le 26 décembre

LUXEMBOURG - Les produits non essentiels ne pourront plus être vendus, les coiffeurs ferment, le couvre-feu est porté à 21h dès ce samedi.

La tendance est relativement bonne, mais il faut que ça baisse plus vite. Telle est, en résumé, l'analyse que le gouvernement a fait ce lundi de la situation sanitaire au Luxembourg. «Autour de 400 cas par jour, ça reste trop», a martelé la ministre de la Santé Paulette Lenert, qui craint une explosion du nombre de cas après les fêtes, qui pourraient être synonymes de relâchement des règles des distanciations. «Il faut qu'on se donne plus de marge», a insisté Xavier Bettel.

Par conséquent, le Premier ministre a annoncé un certain nombre de mesures, qui doivent entrer en vigueur ce samedi 26 décembre, au lendemain de Noël, et durer au moins jusqu'au 10 janvier, date avant laquelle une analyse sera faite. En premier lieu, le couvre-feu qui commence pour le moment à 23h est ramené à 21h après Noël. D'après Paulette Lenert, la mesure a permis de faire baisser les contacts et, donc, les infections.

Les coiffeurs fermés

Par ailleurs, seuls les produits essentiels pourront être vendus dans des commerces qui accueillent du public, y compris dans les grandes surfaces. Ces produits essentiels seront listés dans une loi et comprendront par exemple la nourriture et les produits sanitaires, mais aussi les journaux, le tabac... Les boutiques qui vendent autre chose ne rouvriront donc pas après le week-end de Noël. Tout comme les coiffeurs et autres instituts de beauté ou tatoueurs, qui devront rester fermés au moins jusqu'au 10 janvier. En outre les écoles resteront fermées pendant une semaine après les congés de Noël. Enfin, le télétravail doit devenir la règle dans les entreprises qui le peuvent.

Toutes ces mesures ont pour objectif de faire baisser le nombre d'infections, afin de réduire la pression sur les hôpitaux. Mais aussi de permettre un tracing plus efficace pour remonter, et briser, les chaînes d'infections. «Nous sommes autour de 400 infections par jour, le tracing pourrait fonctionner de manière optimale avec la moitié» de ce nombre, soit 200 nouveaux cas, a expliqué le Premier ministre.

La ministre de la Santé a tenu à positiver, rappelant que le taux de positivité des tests est en baisse, tout comme le taux de reproduction du virus qui est passé en-dessous de 1. Mais elle appelle aussi à la vigilance. «Restez chez vous, limitez les contacts. Allez seuls faire les courses», a-t-elle une nouvelle fois dit. D'ailleurs, la possibilité de recevoir deux invités chez soi continuera à exister, mais elle est à utiliser avec modération, «pour les personnes seules» qui pourraient être en détresse. Le gouvernement refera le point sur l'efficacité de ces mesures vers le 5-6 janvier, pour décider de la suite.

Retrouvez ici notre compte-rendu en direct du briefing de presse du Premier ministre et de la ministre de la Santé:

«Tout dépendra de l’analyse qui sera faite des chiffres de la semaine écoulée», nous confiait ce dimanche l'entourage du Premier ministre, Xavier Bettel. Cette analyse, le gouvernement l'a effectuée lundi matin. Et en a conclu qu'il fallait serrer la vis pour faire baisser les chiffres de la pandémie.

16h42

Voilà, cette conférence de presse est terminée, merci de l'avoir suivie avec nous.

16h41

Les supermarchés aussi ne pourront vendre que les produits essentiels.

16h39

Tous les magasins de soins du corps ferment le 26 décembre, comme les coiffeurs, par exemple.

16h38

«Si on pense qu'on va vacciner tout le monde en quinze jours, on fait erreur. Ce sont des centaines de milliers de personnes qu'il faut vacciner. Pour le vaccin Pfizer, il faut deux doses», explique le Premier ministre.

16h36

«On aura largement assez de vaccins», affirme Paulette Lenert, qui indique que le pays a commandé, et va recevoir, de quoi vacciner 850 000 personnes.

16h35

Des experts sont en train d'étudier la situation pour savoir si les vols vers la Grande-Bretagne restent suspendus.

16h33

A quel rythme se feront les vaccinations? On ne sait pas encore. Cela dépendra des livraisons, de la validation du 2e vaccin, celui de Moderna... «Cela change tout le temps», il est difficile de donner des plans, explique le Premier ministre.

16h33

Le projet de loi listera les produits essentiels qui resteront en vente. Journaux, tabac ou encore nourriture pour chien en feront partie.

16h31

Si on avait fermé pour Noël, cela aurait sans doute été contreproductif, notamment sur un plan psychologique, estime le Premier ministre. Toutefois, les 24 et 25 décembre, les règles de distanciations et le couvre-feu à 23h restent de rigueur. «C'est un équilibre entre l'impact psychologique et l'impact sanitaire».

16h29

Paulette Lenert défend le timing des mesures. Xavier Bettel explique que «chaque mesure est prise à l'unanimité par le gouvernement. Nous sommes leur porte-parole. On doit mettre tout dans la balance, on échange... C'est avec un consensus qu'on prend les mesures. Il n'y a pas de tensions dans le gouvernement».

16h27

Le couvre-feu est une des mesures qui aurait un impact fort, selon des études citées par la ministre de la Santé. Cela se constate dans chaque pays qui a pris cette mesure.

16h25

Les mesures seront en vigueur jusqu'au 10 janvier. De nouvelles projections seront faites alors. «Nous allons faire une évaluation globale» pour voir si les mesures auront un impact salvateur sur les hôpitaux. Ces évaluations seront faites autour des 5-6 janvier.

16h23

Au tour des questions de la presse. Le Premier ministre affirme qu'il ne s'agit pas d'un confinement dur, mais de restrictions additionnelles, nuance. «On les prend parce qu'on pense qu'il faut tirer le frein à main pour qu'on ait cette marge en janvier», dit Xavier Bettel.

Paulette Lenert enchaîne. «On est content que ça ait diminué, mais ça doit diminuer encore plus», dit-elle, évitant de répondre sur le «confinement dur»...

16h22

Pour les commerces, la commande et la livraison reste possible. De nouvelles dates devront être trouvées pour les soldes d'hiver.

16h21

«Chacun devra faire des efforts pour un bon départ en janvier».

16h20

Si vous avez le moindre symptôme, il faut utiliser le principe de précaution, s'isoler et contacter le médecin pour se faire tester, martèle Paulette Lenert.

16h19

Restez chez vous, lance la ministre! La possibilité d'avoir une visite reste en vigueur, mais surtout pour les personnes seules et isolées. Les courses doivent être diminuées à l'essentiel, il faut y aller seul et garder son masque sur le nez et non pas sous.

16h18

La ministre explique que les mesures devraient avoir des effets sur les chiffres. L'interdiction de la consommation d'alcool sur la voie publique vise à empêcher les gens à boire sans masque en petit comité.

16h15

Dans les milieux professionnels, les bureaux partagés, les pauses et le covoiturage sont des facteurs de risque. Les gens enlèvent le masque dans la voiture en covoiturage, ce «qui n'est pas bien».

16h13

La ministre évoque une étude française selon laquelle 35% des patients ne savent pas où ils ont été infectés. Les chiffres sont similaires au Luxembourg. Chez nous, «c'est à la maison, autour des tables où l'on mange, même en petit comité» qu'on s'infecte, dit Paulette Lenert. Le plus souvent, il y avait cinq personnes ou moins à table.

16h11

Paulette Lenert explique une tendance claire vers le bas, grâce aux mesures prises en octobre. Le taux de positivité baisse. Le taux de reproduction est lui aussi passé sous la barre fatidique de 1. «Mais le niveau où nous nous trouvons est encore trop élevé», dit la ministre de la Santé. «Il y aura un coup d'accélérateur avec les mesures additionnelles», alors que la fin de l'année est une période à risque notamment en raison des fêtes.

16h10

La ministre de la Santé explique le risque d'une explosion du nombre de cas, qui demeure.

16h09

Si tout marche comme prévu, les premières vaccinations auront lieu le 28 décembre au hall Victor-Hugo, où le personnel médical sera vacciné d'abord, annonce le premier ministre. Le 30 commencera la vaccination des maisons de soins. Pour la suite tout dépend de la livraison des vaccins.

16h08

On verra en janvier si les mesures peuvent être assouplies.

16h07

Les sanctions sont alourdies, avec des amendes portées de 145 à 300 euros.

16h05

Le télétravail doit être renforcé et doit être la règle partout où c'est possible. Le couvre-feu est lui porté à 21h. Seuls les produits essentiels pourront être vendus et la consommation d'alcool dans les lieux publics est interdite. L'école restera fermée une semaine après les vacances. Le sport ne sera possible que dans le cadre privé.

16h03

«Il faut encore décharger les hôpitaux pour avoir une marge plus importante», dit Bettel. Il faut continuer à faire baisser les chiffres plus vite. Donc, des mesures doivent prendre effet du 26 décembre au 10 janvier.

16h02

«Mais 400 infections par jour reste trop élevé et il faut faire baisser ce chiffre», nuance le chef du gouvernement. Pour avoir moins de stress dans les hôpitaux et permettre un tracing plus efficace. «Ça pourrait fonctionner de manière optimale avec la moitié de nouvelles infections par jour».

16h01

Ce matin en conseil de gouvernement, les ministres ont fait le point sur la situation, explique Xavier Bettel. «La situation est mitigée, pour le moment», dit le Premier ministre. «Les mesures en place commencent à avoir un effet clair et la tendance est bonne», avec en moyenne 438 nouveaux cas la semaine dernière. 169 personnes sont à l'hôpital (-7 par rapport à hier) en soins normaux et 38 en soins intensifs.

16h

Les voici! C'est parti.

15h50

Bonjour et bienvenue dans ce direct! Le chef du gouvernement et la ministre de la Santé sont attendus à 16h.

(L'essentiel)

Un vote à la veille de Noël?

Un projet de loi doit être déposé ce lundi à la Chambre pour entériner les mesures décidées. La Commission de la santé doit se réunir mardi, à 8h tapantes pour plancher dessus. Une séance publique pourrait être convoquée dès jeudi pour voter le texte, qui entrerait donc en vigueur samedi.

Ton opinion