Alerte enlèvement – Le Luxembourg veut un dispositif «Amber Alert»

Publié

Alerte enlèvementLe Luxembourg veut un dispositif «Amber Alert»

LUXEMBOURG - Le Luxembourg entend implémenter «Amber Alert», un dispositif d'alerte en cas d'enlèvement. Le public sera mis à contribution pour retrouver les enfants.

Le ministre de la Justice, Félix Braz, et la secrétaire d'État à la Sécurité intérieure, Francine Closener, ont présenté le dispositif.

Le ministre de la Justice, Félix Braz, et la secrétaire d'État à la Sécurité intérieure, Francine Closener, ont présenté le dispositif.

L'essentiel/Séverine Goffin

Au Luxembourg, les cas d'enlèvement d'enfants sont exceptionnels. «On comptabilise le nombre de disparitions d'enfants, qui nécessiterait de mobiliser le public pour les recherches, à moins d'une tous les cinq ans», détaille Félix Braz, le ministre Déi Gréng de la Justice. Reste qu'ils sont bien réels. Le Luxembourg est donc en passe d'implémenter Amber Alert, un dispositif d'alerte, déjà utilisé à l'étranger, notamment dans les pays voisins du Luxembourg. L'accord a été signé, jeudi après-midi, par le ministre de la Justice, et par la secrétaire d'État à la Sécurité intérieure, Francine Closener.

Le dispositif permet d'envoyer des alertes enlèvements via les médias et réseaux de communication. Un avis de disparition peut ainsi interrompre un programme télévisé ou venir se greffer en tête d'un site Internet. Les informations concernant une voiture recherchée dans le cadre d'un enlèvement peuvent aussi s'afficher sur les panneaux autoroutiers.

«Tout peut se jouer dans les première heures»

L'alerte peut être adressée à l'ensemble de la population ou être limité à une zone géographique où un groupe cible (par exemple le personnel des chemins de fer). En cas de disparition, «le temps de réaction est très souvent crucial, tout peut se jouer dans les première heures, raison pour laquelle les autorités peuvent avoir à demander l'aide du public pour récolter des informations», insiste Frank Hoen, président d'Amber Alert Europe.

Concrètement, l'organisation Amber Alert Europe, composée d'experts européens de la police, met le dispositif à disposition. Celui est utilisé par la police. Il est activé uniquement en cas de suspicion de rapt (sauf cas d'enlèvement parental) ou si les autorités pensent que le mineur se trouve dans une situation de danger sérieux et imminent. Il ne concerne pas en règle générale les jeunes fugueurs. Ce sera au parquet de décider si une alerte doit être lancée ou pas. Une fois l'enfant retrouvé, les données sont effacées pour des raisons d'anonymat futur. Les autorités luxembourgeoises utiliseront également Amber Alert dans le cadre de la collaboration déjà existante avec leurs homologues étrangers.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Ton opinion