Après le drame à Luxembourg – Le marché est ouvert, «il y a un côté gênant»
Publié

Après le drame à LuxembourgLe marché est ouvert, «il y a un côté gênant»

LUXEMBOURG-VILLE - Les marchés de Noël de la capitale ont rouvert mardi. Au Knuedler, où l’enfant est décédé, l’atmosphère est pesante.

N’y allons pas par quatre chemins. Ce mardi vers 13h, l’atmosphère sur le marché de Noël du Knuedler était extrêmement pesante, moins de deux jours après le décès d’un jeune enfant. Alors que de nombreuses fleurs et hommages sont posés à l’endroit du drame, la sono crache... des chants de Noël. «La musique, ça me dérange», lâche Pia, venue de Diekirch se recueillir. Son compagnon, George, est plus partagé: «C’est vraiment triste, mais la vie doit continuer, on ne pourra malheureusement rien changer».

Le débat est légitime, fallait-il rouvrir les festivités aussi vite? Sur le plan commercial sans doute, et les files d’attente étaient déjà bien longues devant les chalets de restauration, mardi midi. «Mais c’est étonnant», estime Rhyane, 14 ans. «Ce n’est pas correct!», relève Jemima, son amie. Les adolescentes sont venues d’Athus, en Belgique, avec leur classe pour une visite historique de Luxembourg-Ville ce mardi, et de ses marchés de Noël. Visite prévue de longue date qui a été maintenue.

Silence saisissant

«On le voit bien, les gens sont surtout près des chalets mais s’approchent peu du lieu du drame, il y a un côté gênant», glisse Syma, autre membre du groupe qui, elle, est Luxembourgeoise. Il est vrai que, hormis la musique, il règne autour du petit lieu de recueillement un silence saisissant, qui tranche avec les discussions des gens attablés à quelques mètres. Loin de la frénésie que doit apporter un tel lieu de fête.

François, lui, travaille dans la capitale mais était en déplacement à l’étranger, ces derniers jours. «J’ai suivi l’actualité dans les médias mais je voulais me rendre compte par moi même». Il a donc fait un crochet au bord de la patinoire, s’est fait confirmer les faits, s’est incliné devant les fleurs, avant de repartir, comme si le marché de Noël voisin n’existait pas...

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

L'enquête en cours

Ce mardi, on ignorait encore l'origine du drame de dimanche soir. L'enquête se poursuit et la sculpture de glace en forme de façade de maison qui s'est effondrée sur l'enfant est conservée au frais, pour les besoins d'une éventuelle expertise.

Ton opinion