Contaminé par Ebola – Le médecin soigné aux Etats-Unis est mort

Publié

Contaminé par EbolaLe médecin soigné aux États-Unis est mort

Le docteur sierra-léonais infecté par Ebola qui était soigné depuis samedi, aux États-Unis, est décédé, a annoncé lundi le Nebraska Medical Center.

AFP

«Nous avons l'immense regret d'annoncer que le troisième patient que nous avons traité pour Ebola, le docteur Martin Salia, est décédé du fait des symptômes très avancés de la maladie», a indiqué l'établissement qui avait indiqué dimanche qu'il était «très gravement malade». «Malgré des efforts "héroïques", la maladie était trop avancée pour le sauver», a déploré l'hôpital, qui a prévu une conférence de presse dans la matinée. Le dr Martin Salia, résident américain qui travaillait à l'hôpital Connaught de Freetown, est le premier ressortissant sierra-léonais malade d'Ebola à être rapatrié aux États-Unis, où ont déjà été traitées neuf personnes dont la plupart avaient contracté la maladie en Afrique.

Le Nebraska Medical Center, spécialement équipé pour soigner les malades atteints du virus, avait déjà traité deux patients atteints par Ebola qui ont tout deux survécu. «Le docteur Salia était dans un état extrêmement critique lorsqu'il est arrivé ici et, malheureusement, malgré nos plus gros efforts, nous n'avons pas été en mesure de le sauver», a commenté le docteur Phil Smith, directeur médical de l'unité spécialisée du centre. Selon l'hôpital, le Dr Salia souffrait de défaillance rénale et respiratoire à son arrivée aux États-Unis.

Placé sous dialyse et respirateur artificiel et bénéficiant de traitements pour aider son organisme à lutter contre le virus, il a également reçu dès samedi du plasma d'un donneur guéri de la maladie non identifié et du ZMapp, sérum expérimental qui n'a pas encore fait l'objet d'essais cliniques. «Nous avons utilisé tous les traitements disponibles pour donner toutes les chances de survie au docteur Salia», a relevé le Dr Smith. «Comme nous l'avons appris, le traitement tôt de ces malades est essentiel».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion