Le ministre répond à l'appel aux secours
Publié

Le ministre répond à l'appel aux secours

LUXEMBOURG - Le blues des bénévoles a été entendu par le
ministre de l'Intérieur.

Quelque 1 200 bénévoles sauvent des vies lors de leur temps libre. (editpress)

Quelque 1 200 bénévoles sauvent des vies lors de leur temps libre. (editpress)

La protection civile a un ambulancier professionnel tout neuf. «Mais il n'y en aura pas 50», note le ministre de l'Intérieur Jean-Marie Halsdorf. Le but est en effet d'encadrer le bénévolat. Pas de professionnaliser les services de secours.

Ceux-ci reposent au Luxembourg en majeure partie sur les épaules des bénévoles. Au service ambulance de la protection civile, ils sont 1 200 répartis sur les 25 centres d'intervention. Or, le nombre de volontaires actifs est en baisse depuis plusieurs années. Entraînant des problèmes de manque d'effectifs dans certains centres, en particulier entre 11 et 15 h.

Cet été, le comité des sages de la protection civile avait appelé à une revalorisation du bénévolat. L'appel a été entendu. «Le Luxembourg se basera toujours sur le bénévolat», tient à préciser le ministre. «Pour le valoriser, il faut le repenser. Les formes sont en discussion».

La loi de 2004 avait regroupé les différents services de secours sous une même administration. Elle laisse la porte ouverte à une certaine restructuration des services. La régionalisation des centres est notamment en vue, ou l'indemnisation de certains frais. «Les règlements seront déposés à la Chambre dans les prochaines semaines». Et si ce n'est pas assez, «alors il faudra légiférer à nouveau», conclut-il.

Séverine Goffin

Ton opinion