Pandémie de grippe H1N1 – Le monde a eu «de la chance» cette fois-ci
Publié

Pandémie de grippe H1N1Le monde a eu «de la chance» cette fois-ci

Avec 18 000 morts depuis sa découverte, le virus H1N1 n'a pas fait autant de victimes que prévues, a estimé lundi la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon Margaret Chan, la pandémie de grippe H1N1 a été la première dans l'histoire suivie d'aussi près à grande échelle.

Selon Margaret Chan, la pandémie de grippe H1N1 a été la première dans l'histoire suivie d'aussi près à grande échelle.

afp

Dans son discours inaugurant la 63ème Assemblée générale de l'agence onusienne à Genève, Margaret Chan a expliqué que "les bonnes nouvelles" en terme de santé mondiale dépendaient surtout des engagements politiques des États ainsi que des ressources mises en œuvre. "Parfois, cependant, nous avons simplement de la chance. Ce fut le cas avec la pandémie de grippe H1N1. Le virus n'a pas muté en une forme plus meurtrière", a-t-elle souligné.

Tout en se satisfaisant de l'efficacité des vaccins fabriqués en toute hâte spécialement pour le nouveau virus d'origine porcine, aviaire et humaine qui a effrayé pendant des mois la planète, la responsable a souligné que cette pandémie avait été la première dans l'histoire suivie d'aussi près à grande échelle.

L'OMS ne reconnaît pas ses erreurs

Elle "a constitué le premier test majeur du Règlement sanitaire international", révisé et mis en application depuis 2007. Ce règlement, adopté par les 193 membres de l'OMS contient notamment le système d'alerte en cas de nouveaux virus grippaux, appliqué à la lettre par l'agence onusienne. Il l'a conduit à déclarer le H1N1 première pandémie du siècle le 11 juin, plus sur des critères géographiques que de sévérité.

Sans reconnaître des erreurs de gestion de l'OMS, Margaret Chan a admis la nécessité "de faire une évaluation franche et critique" de l'action de l'agence onusienne durant cette crise. "Nous voulons savoir ce qui a bien fonctionné. Nous voulons savoir ce qui n'a pas marché et idéalement pourquoi. Nous voulons savoir ce que nous pouvons améliorer et idéalement comment", a-t-elle répété.

L'OMS est sous le feu des critiques depuis plusieurs mois sur sa gestion de la grippe H1N1, qu'elle avait décrite il y a un an comme "sournoise" et dangereuse, qui s'est avérée moins grave qu'une grippe saisonnière. Les gouvernements ont engagé des millions pour commander en masse vaccins et antiviraux, dont beaucoup leur sont restés sur les bras. L'OMS a déjà dû se justifier devant le Conseil de l'Europe, dont certains parlementaires l'accusent d'avoir exagéré la menace de la maladie sous l'influence des grands laboratoires.

lessentiel.lu avec AFP

Face à ces accusations, l'organisation, qui est soutenue par de nombreux virologues, a créé un comité indépendant chargé d'évaluer sa gestion de la pandémie. Un premier rapport intérimaire de ce comité composé de 29 experts doit être présenté lundi aux membres de l'organisation réunis pour cinq jours. Faisant suite à la première réunion en avril de ce comité, le document détaille les points sur lesquels le groupe compte travailler. Sa version finale doit être terminée dans neuf mois, selon l'OMS qui a promis "indépendance" et "transparence" sur ce rapport.

Ton opinion