Travail forcé – Le monde compte 45 millions d'«esclaves»

Publié

Travail forcéLe monde compte 45 millions d'«esclaves»

Prostitution forcée, enfants soldats, trafic de personnes... un rapport recense les cas d'esclavage moderne. Le Luxembourg est le pays où cette pratique est la moins répandue.

Plus de 45 millions de personnes dans le monde sont réduites à une forme moderne d'esclavage, selon une étude publiée mardi. Les deux tiers se trouvent en Asie-Pacifique. Il s'agit d'un chiffre beaucoup plus élevé que ce que l'on pensait auparavant. Cette estimation est avancée par le rapport «2016 Global Slavery Index» de la «Walk Free Foundation», une initiative lancée en 2012 par le magnat australien des mines, Andrew Forrest, pour sensibiliser aux formes modernes de l'esclavage, qui englobent des cas de figure très différents.

Le rapport avance un nombre de personnes concernées en hausse de 28% par rapport à il y a deux ans. Toutefois, cela traduit une amélioration de la collecte de données, davantage qu'une aggravation du problème, qui reste très difficile à quantifier. Trafic de personnes, prostitution forcée, enfants soldats, travail forcé, utilisation des enfants dans le commerce international de stupéfiants... L'ONU relève que ces formes modernes d'esclavage sont très diverses. Ces cas se multiplient aujourd'hui, en grande partie à cause de la vulnérabilité que causent la pauvreté, la discrimination et l'exclusion sociale, selon l'institution.

Le Luxembourg en tête, l'Inde plus mauvais élève

L'Inde est, selon le rapport, le pays qui compte le plus de personnes soumises à ces pratiques, soit 18,35 millions de personnes. C'est toutefois en Corée du Nord que l'incidence de ce fléau est la plus forte, 4,37% de la population étant directement concernée. C'est surtout dans ce pays que la réponse du gouvernement est la plus faible. Au total, 124 pays ont criminalisé la traite des êtres humains, conformément au Protocole de l'ONU de 2003 visant à prévenir, réprimer et punir cette pratique, en particulier sur les femmes et les enfants. Et 96 pays ont adopté des plans d'action pour coordonner la réponse gouvernementale.

Le Luxembourg est le pays où «la fréquence estimée de l'esclavage est la plus faible», en fonction de la population, selon le rapport. Le Grand-Duché devance l'Irlande et la Norvège. À l'autre bout, c'est en Asie que l'esclavage est le plus répandu. Derrière l'Inde, viennent la Chine (3,39 millions), le Pakistan (2,13 millions), le Bangladesh (1,53 million) et l'Ouzbékistan (1,23 million). En terme d'incidence, l'Ouzbékistan (3,97% de la population) et le Cambodge (1,65%) sont sur le podium après la Corée du Nord, seule nation au monde qui n'ait pas explicitement criminalisé les formes contemporaines d'esclavage. Par ailleurs, le rapport déplore la faible réponse gouvernementale à ce fléau notamment en Iran, en Chine et à Hong Kong.

(L'essentiel/pru/AFP)

«2016 Global Slavery Index»

Ces chiffres sont avancés par la «Walk Free Foundation», sur l'initiative en 2012 du magnat australien des mines Andrew Forrest, pour sensibiliser aux formes modernes de l'esclavage.

Le rapport «2016 Global Slavery Index» compile des informations de 167 pays, issues de 42 000 entretiens en 53 langues, afin de déterminer le nombre de personnes asservies et la réponse des gouvernements.

Ton opinion