Langue au Luxembourg – Le mot luxembourgeois de l'année est...

Publié

Langue au LuxembourgLe mot luxembourgeois de l'année est...

LUXEMBOURG - Le Centre pour la langue luxembourgeoise a publié son palmarès des mots luxembourgeois de l'année. Le Covid s'est invité dans le classement.

Les trois premiers mots luxembourgeois de l'année viennent de l'anglais.

Les trois premiers mots luxembourgeois de l'année viennent de l'anglais.

Editpress/Fabrizio Pizzolante

Le virus a aussi contaminé les habitudes de langage à travers le monde, et pour les locuteurs luxembourgeois aussi. Une infection qui se retrouve dans le palmarès des mots luxembourgeois de l'année, publié ce lundi matin par le Centre pour la langue luxembourgeoise.

Il en ressort que le mot de l'année, dans la langue nationale, est «boosteren», tiré du mot anglais «booster». Le terme a été désigné par un jury parmi 175 termes différents sortis de 495 propositions adressées par le grand public au Centre pour la langue luxembourgeoise.

«Boosteren», verbe ou nom commun a ainsi été choisi, car «il est devenu un des thèmes centraux de la pandémie» et sert à conserver une vaccination efficace. «Boosteren est un excellent exemple de la façon dont les mots étrangers peuvent être intégrés sans problème dans la langue luxembourgeoise», souligne le Centre dans son communiqué.

Sheesh, solidarité et Copytani

Une fois le «booster» injecté, le «CovidCheck» est actualisé. Le terme arrive en deuxième position au palmarès des mots de l'année, avec sa forme verbale «covidchecken». Une deuxième place partagée avec «Sheesh», interjection utilisée par les jeunes, dérivée de «Jésus» et en provenance de la scène hip-hop. Le mot «Solidaritéit» arrive en quatrième position, avec la solidarité qui a suivi les dramatiques inondations de juillet et qui est aussi de mise en temps de pandémie.

Enfin, «Schwurbler» complète le top 5. Le terme désigne des gens qui parlent de quelque chose sans rien y connaître, sans avoir examiné leurs sources et sans aucune preuve de leurs théories... Ils ont fleuri sur les réseaux sociaux depuis le début de la pandémie... Juste derrière arrivent, à la sixième position, «Copytani», dérivé humoristique du titre de la série luxembourgeoise «Capitani», mélangé avec le «copygate», le scandale du plagiat du mémoire de Xavier Bettel, et «Wellebriecher».

(L'essentiel)

Ton opinion