«Save the Bees» – Le nombre d'abeilles a chuté de 40% en 3 ans

Publié

«Save the Bees»Le nombre d'abeilles a chuté de 40% en 3 ans

LUXEMBOURG - Ce mardi matin, natur&ëmwelt et Greenpeace ont présenté leur nouvelle campagne pour la protection des abeilles. Des insectes menacés qui ne servent pas qu'à faire du miel...

Greenpeace et natur&ëmwelt veulent que la protection des abeilles doit une priorité nationale.

Greenpeace et natur&ëmwelt veulent que la protection des abeilles doit une priorité nationale.

DR

La disparition inquiétante des abeilles est un sujet qui revient très régulièrement dans l'actualité. Certains pourraient penser que ces insectes faiseurs de miel ne sont pas si importants, et pourtant... «Les abeilles ne produisent pas seulement du miel, elles sont une espèce clé dans la chaîne de production alimentaire», affirme Lea Bonblet, biologiste chez natur&ëmwelt. En effet, les abeilles pollinisent 71 des 100 plantes alimentaires. Selon elle, «87% des cultures ne peuvent être cultivés sans abeilles en Europe».

Début 2013, une étude mettait d'ailleurs en évidence un grave déficit d'abeilles pour polliniser les cultures en Europe. Dans la moitié des 41 pays étudiés, «il n’y a pas assez d’abeilles pour polliniser correctement les cultures, notamment en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie», indiquaient les auteurs de cette étude.

Un sujet de priorité nationale

Au Luxembourg, entre automne 2010 et printemps 2013, le nombre de colonies d'abeilles est passé de 5 580 à 3 258, soit une baisse de plus de 40%. Plusieurs causes expliquent leur disparition: les pesticides, les insecticides, la perte d'habitats ou encore le Varroa (un acarien d'Asie).

Face à ce triste constat, natur&ëmwelt et Greenpeace ont lancé ce mardi matin «Save the Bees», une campagne de sensibilisation pour «faire de la problématique un sujet de priorité nationale». Une pétition a été lancée sur le site Internet de la campagne. Les abeilles ne sont pas les seuls insectes qu'il va falloir apprendre à protéger, explique Lea Bonblet. «La pollinisation n'est pas seulement garantie par les abeilles, mais aussi par les bourdons, les guêpes, les papillons et les mouches».

Le documentaire «More than Honey» par le réalisateur suisse, Markus Imhoof, traite de la mort des abeilles partout dans le monde:

(FR/L'essentiel)

Les abeilles meurent davantage au nord de l'Europe

Le déclin des abeilles est nettement plus important dans les pays du nord de l'Union européenne, Belgique et Grande-Bretagne en tête, qu'au sud, souligne une étude publiée lundi. Pour la mortalité en hiver, période où les abeilles meurent le plus, le nord apparaît le plus touché. Au nord, cette mortalité dépasse ainsi régulièrement les 20%, avec 33,6% en Belgique, 28,8% au Royaume Uni, 28,7% en Suède et plus de 23% en Estonie et en Finlande. Au sud, le taux reste dans plusieurs pays en-deçà de 10%, considéré comme une mortalité "normale", comme en Italie (5,3%), en Grèce (6,6%) ou en Espagne (9,5%).

200 000 abeilles au Pall Center

Dans une dizaine de jours, quatre groupes de ruches vont être installés au Pall Center d’Oberpallen. Le but: avoir 200 000 abeilles à la fin de la saison et bien sûr produire du miel.

Ton opinion