Crise – Le nombre d'heures sup n'en finit pas de baisser

Publié

CriseLe nombre d'heures sup n'en finit pas de baisser

La crise porte un coup fatal au
«Travailler plus pour gagner plus» de Nicolas Sarkozy.

Les heures supplémentaires exonérées, mesure symbole du «travailler plus pour gagner plus» défendu par Nicolas Sarkozy, ont reculé en 2009 sur fond de crise, notamment dans l’industrie, sans faire cesser la controverse sur leur utilité et leur coût.

Sur l’ensemble de 2009, le nombre d’heures sup déclarées par les entreprises du secteur privé a baissé de 7% en moyenne par rapport à 2008, à 676 millions d’heures. La diminution, moins marquée au quatrième trimestre qu’aux trimestres précédents, a été beaucoup plus forte dans les grandes entreprises que dans les petites, dans l’industrie que dans le BTP ou le tertiaire.

Mesure phare illustrant un slogan emblématique de la campagne électorale du président de la République, les heures supplémentaires sont exonérées de cotisations sociales totalement pour les salariés et partiellement pour les entreprises et ne sont pas imposables sur le revenu. Le gouvernement a toujours exclu une remise en cause de ces exonérations.

Autre élément d’explication, en plus de la crise: les mois suivant l’application de la loi et des exonérations, les entreprises ont mieux déclaré les heures sup, un blanchiment de travail au noir qui a gonflé la hausse. Deux ans plus tard, cette «modification des comportements ne joue plus».

Ton opinion