Au Luxembourg – Le nombre de contrats d'apprentis «stable» en 2020
Publié

Au LuxembourgLe nombre de contrats d'apprentis «stable» en 2020

LUXEMBOURG - Un nombre équivalent d'élèves ont pu trouver un poste en apprentissage en 2020, par rapport aux années précédentes, malgré la crise du Covid.

 Le nombre de contrats signés en 2020 dépasse celui de 2018 et se situe légèrement en dessous de celui de 2019, qui fut une «année exceptionnelle».

Le nombre de contrats signés en 2020 dépasse celui de 2018 et se situe légèrement en dessous de celui de 2019, qui fut une «année exceptionnelle».

«L'effort commun s'est soldé par un succès», se réjouit le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse. Le nombre de contrats d'apprentis signés en 2020 est resté «stable» par rapport aux années précédentes, malgré la crise sanitaire et ses effets, indique-t-il ce jeudi dans un communiqué. Le nombre de contrats signés en 2020 dépasse celui de 2018 et se situe légèrement en dessous de celui de 2019, qui fut une «année exceptionnelle», précise le ministère.

Cette stabilité s’explique selon les autorités par les efforts entrepris dans le cadre du partenariat avec les chambres professionnelles, notamment l’engagement des conseillers à l’apprentissage et par les mesures gouvernementales soutenant l’apprentissage au même titre que la formation (éligibilité des apprentis au chômage partiel, adaptation des délais légaux, prime unique à l’apprentissage). «Une coopération intense entre le Service de la formation professionnelle (SFP), les lycées et les CNFPC (Centres nationaux de formation professionnelle continue) a permis aux jeunes sans patron de suivre les cours au lycée tout en étant accompagnés dans leurs démarches par les équipes socio-éducatives des CNFPC d’Ettelbruck et d’Esch-sur-Alzette, souligne le ministère. Avec le Service national de la jeunesse (SNJ), le Service de la formation professionnelle a suivi de près le parcours de chaque jeune afin d’assurer une éventuelle prise en charge ciblée, évitant ainsi un décrochage scolaire».

«Ils n’ont pas été et ne seront pas oubliés»

Dans le détail, la Chambre des métiers indique que 761 nouveaux contrats (les contrats de «reprise» sont exclus) ont été signés entre le 15 juillet et le 31 décembre 2020, contre 848 en 2019 et 786 en 2018. «La baisse est légère, mais nous ne pouvons actuellement pas encore faire des déclarations définitives, car la période d’essai n’est pas encore terminée pour tous les contrats», souligne Lisa Arendt, chef du service formation initiale à la Chambre des métiers. À noter que la plupart des nouveaux contrats signés en 2020 l'ont été dans les métiers de la construction et de l'habitat (360). La Chambre de commerce comptabilise pour sa part 1006 nouveaux contrats en 2020. De son côté, la Chambre d'agriculture en a enregistré 79.

Mais certains élèves n’ont malheureusement pas réussi à trouver de patron formateur. «Ils n’ont pas été et ne seront pas oubliés», assure le ministère, qui note que chacun peut trouver un moyen de se former davantage en attendant de trouver un emploi, de se réorienter ou de signer un nouveau contrat d’apprentissage, à partir du 15 juillet 2021. Il cite notamment les offres du SNJ, le programme «Fit fir d’Léier» spécialement développé par les CNFPC, les classes spéciales offertes par les lycées et les mesures de l’Adem.

(ol/L'essentiel)

Ton opinion