Au Luxembourg: Le «Pakt pro Commerce», la bonne fée au chevet du secteur commercial

Publié

Au LuxembourgLe «Pakt pro Commerce», la bonne fée au chevet du secteur commercial

LUXEMBOURG – Dans une passe difficile, le secteur du commerce de détail reprend espoir pour 2023. Un optimisme qui passe par le «Pakt pro Commerce» et sa panoplie de leviers d’action.

par
Jean-François Colin
Le ministre Lex Delles a évoqué le Pakt pro Commerce.

Le ministre Lex Delles a évoqué le Pakt pro Commerce.

L'essentiel

Fort de ses 54 800 emplois (+22% par rapport à 2010) disséminés dans près de 7 600 entreprises, et «pilier incontournable de l’économie», ainsi que le qualifie Lex Delles, ministre DP des Classes moyennes, le commerce de détail est en souffrance. Crises successives, guerre en Ukraine, télétravail et pouvoir d’achat en berne ont sérieusement écorné le secteur, qui souffre de perturbations dans les chaînes d’approvisionnement, mais aussi et surtout de «déficits de main-d’œuvre qualifiée, non chiffrable, et de confiance», explique Carlo Thelen, directeur de la Chambre de commerce. Les challenges à relever sont nombreux.

«À l’automne dernier, les indicateurs de confiance étaient à leur plus bas car c’est un secteur directement lié au pouvoir d’achat. Un manque de confiance perceptible au sein de la clientèle, mais aussi chez les commerçants, qui manquent de prévisibilité et doivent faire face à des coûts énergétiques qui ont explosé», note le directeur de la Chambre de commerce.

«Créer un environnement favorable pour des salariés motivés»

Cette chute de confiance constitue un défi parmi d’autres que le «Pakt pro Commerce», outil lancé en 2016 et véritable catalyseur du secteur «qui crée un cadre propice au développement des entreprises», aux dires de Carlo Thelen, peut permettre de relever. Pour ce faire, «nous allons travailler sur cinq axes majeurs en 2023», relate Lex Delles.

Sur le plan social, «nous allons sensibiliser les commerçants à la responsabilité sociale des entreprises (RSE), afin de créer un environnement favorable pour des salariés motivés». Le ministre des Classes moyennes promeut aussi «l’organisation d’un «Retail Event» en juillet, dans la capitale, où les professionnels du secteur pourront échanger sur les tendances et la manière de s’y adapter au mieux».

«Attirer les commerces»

Outil essentiel pour le secteur, le cadastre du commerce offre une base de données détaillant l’offre commerciale nationale. «Ce screening permet d’analyser, à la fois pour les communes participantes et le grand public, où sont localisés les besoins de commerce, quels types de commerces manquent ou sont présents en suffisance… De quoi fournir aux communes les moyens de mener une politique active en la matière afin de cibler et d’attirer les commerces qui manquent sur leur territoire», détaille Lex Delles. Un quatrième volet est «l’analyse et la statistique de l’évolution du commerce et de l’offre commerciale nationale, à travers le « Retail report », un portail « business data » qui sera présenté début mars.

Enfin, cette panoplie prévoit également «la promotion du commerce luxembourgeois au sein de la Grande Région. Diverses actions de promotion sont prévues à cet effet», développe le ministre. Des actions et initiatives qui font souffler un vent d’optimisme chez Carlo Thelen. «Dès qu’il y aura un peu plus de prévisibilité, il y aura de belles cartes à jouer pour de nombreux commerces», conclut-il.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

11 commentaires