Le pardon pour doper la croissance

Publié

Le pardon pour doper la croissance

Le président de la Corée du sud a décidé mardi d’amnistier de puissants dirigeants d'entreprise condamnés pour malversations, espérant ainsi relancer l'économie du pays.

Lee Myung-back, le président sud-coréen, cherche à relancer la croissance à tout prix. (afp)

Lee Myung-back, le président sud-coréen, cherche à relancer la croissance à tout prix. (afp)

Lee Myung-bak, le président sud-coréen a dévoilé mardi la liste des personnes qui seront amnistiées le 15 août, jour anniversaire de la libération de 1945 et qui s’accompagne traditionnellement d’une grâce présidentielle.

"Il est souhaitable que ces hommes d'affaires montrent la voie pour relancer l'économie en créant des emplois grâce à une politique active d'investissement et la recherche de marchés d'exportation", a expliqué le ministère de la Justice.

La décision du chef de l'Etat répond à une demande des organisations patronales. Ces dernières jugeaient ce geste indispensable pour restaurer le moral des milieux d'affaires.

328 000 fonctionnaires concernés

Le décret d'amnistie concerne notamment le patron du constructeur automobile Hyundai Motor, reconnu coupable l'an dernier de fraude mais laissé en liberté.

Outre les dirigeants d'entreprise, l'amnistie concerne 328 000 fonctionnaires du gouvernement visés par des sanctions et 10 400 criminels, dont 12 responsables politiques.

Le décret ne fait pas l’unanimité

"Cette amnistie va renforcer le sentiment selon lequel les riches s'en tirent toujours quoi qu'ils fassent", a estimé dans un communiqué le Parti démocrate, principale formation d'opposition.

Kim Yoo-joung, sa porte-parole, craint une "perte de confiance dans la justice".

De son côté , le chef de l’Etat, cité par son porte-parole a tenté de se justifier: "J'y suis personnellement opposé mais j'ai pris cette décision car les dirigeants ont des problèmes pour trouver des marchés à l'étranger et que le sentiment des investisseurs est fragile."

mablessentiel.lu avec AFP

Ton opinion