Le patron de Belgacom dans l'oeil du cyclone
Publié

Le patron de Belgacom dans l'œil du cyclone

Le patron du numéro un belge des télécommunications, Didier Bellens, est soupçonné de délit d'initié dans le cadre d'un dossier remontant à 2005.

Didier Bellens est soupçonné d'avoir acquis 50 000 actions d'une société de services informatiques en 2005.

Didier Bellens est soupçonné d'avoir acquis 50 000 actions d'une société de services informatiques en 2005.

afp

Le patron de l'entreprise publique est soupçonné d'avoir acquis en 2005 quelque 50 000 actions d'une société de services informatiques, Telindus, également convoitée par son rival français, France Télécom.

Or peu de temps avant cet achat le comité stratégique du conseil d'administration de Belgacom avait décidé de faire une offre sur cette société, dont la cote tournait à l'époque autour de 10,50 euros l'action. L'offre de Belgacom, annoncée le 29 septembre 2005, était de 13,50 euros par action, mais elle est montée à 16,60 euros au terme de la bataille avec France Telecom.

La Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) s'est saisie de l'affaire, selon les deux journaux, qui ne précisent pas quand sa décision sera rendue. S'il est jugé en infraction pour délit d'initié, Didier Bellens risque une lourde amende administrative, mais sa position à la tête d'une entreprise publique pourrait aussi être fragilisée, estiment les deux journaux néerlandophones. La porte-parole de la CBFA n'était pas immédiatement joignable pour commenter cette information.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion