Présidentielle française – Le Pen et Poutou ont leur 500 signatures

Publié

Présidentielle françaiseLe Pen et Poutou ont leur 500 signatures

Marine Le Pen a déclaré mardi disposer des 500 parrainages requis pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle française d'avril-mai. Le candidat de l'extrême gauche également.

La candidate de l'extrême droite à la présidentielle française, Marine Le Pen, dispose des 500 parrainages d'élus nécessaires pour pouvoir entrer dans la course à l’Élysée, ont indiqué mardi des sources au sein de son parti, le Front national (FN).

«Je viens de l'avoir au téléphone. Elle me l'a confirmé», a également déclaré le président du comité de soutien de Marine Le Pen, l'avocat Gilbert Collard, sur la chaîne publique France 2. Marine Le Pen avait déclaré à plusieurs reprises qu'elle n'était pas sûre d'obtenir ces 500 parrainages et avait accusé les «grands partis» de faire pression sur les élus pour l'écarter. La date limite pour soumettre ces signatures d'élus au Conseil constitutionnel est fixée à vendredi.

Marine Le Pen est créditée de 16% au premier tour du scrutin prévu le 22 avril, en troisième position derrière les deux favoris, le socialiste François Hollande et le président sortant Nicolas Sarkozy. Le second tour aura lieu le 6 mai. Cette règle des 500 signatures doit permettre d'éviter les candidatures fantaisistes, mais elle pénalise les partis qui n'ont pas beaucoup d'élus locaux.

(L'essentiel Online/AFP)

Philippe Poutou a ses 500 signatures

Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle, a recueilli les 500 signatures d'élus nécessaires pour concourir à l'Élysée, a indiqué mardi un responsable du Nouveau parti anticapitaliste, confirmant une information de plusieurs médias.

Le successeur d'Olivier Besancenot dans la course à l'Élysée «va annoncer ce soir (mardi) au meeting de Chambéry qu'il les a», a affirmé ce cadre. «Il y aura un dernier dépôt de signatures au Conseil constitutionnel vendredi», date limite pour déposer ces parrainages, a-t-on précisé.

Depuis plusieurs semaines, le NPA avait dénoncé des «obstacles» du PS pour le recueil de ces signatures. Mais la semaine dernière, le parti était apparu plus confiant, Philippe Poutou estimant qu'il ne lui manquait qu'«une vingtaine» de promesses de signatures à convertir «pour assurer le coup».

Ton opinion