Réflexion gouvernementale – Le permis à points fait toujours débat en Belgique

Publié

Réflexion gouvernementaleLe permis à points fait toujours débat en Belgique

En vigueur dans les autres pays voisins du Luxembourg depuis longtemps, le permis à points pourrait être introduit en Belgique. Une mesure qui anime les négociations du prochain gouvernement.

En France, comme au Luxembourg, les points sont en place depuis très longtemps. La gravité des infractions détermine le nombre de point(s) perdu(s).

En France, comme au Luxembourg, les points sont en place depuis très longtemps. La gravité des infractions détermine le nombre de point(s) perdu(s).

AFP/Sebastien Bozon

Les négociations se poursuivent en Belgique pour former un gouvernement. Au cœur des discussions ces jours-ci, l'instauration d'un permis à points. Sur la table depuis près de 20 ans, le projet n'a jamais abouti, laissant le royaume à la traîne face à ses voisins. Il y a 40 ans, l'Allemagne franchissait déjà le cap, suivie de la France il y a 22 ans et le Luxembourg il y a douze ans.

En Belgique par contre, ce sujet présente encore des doutes. Si les partis au pouvoir (les indépendantistes flamands, les libéraux et les chrétiens-démocrates) y sont favorables, les organismes défenseurs de la sécurité routière émettent émettent des réserves. Touring, l'association des automobilistes, et l'institut belge pour la sécurité routière rappellent les limites du système, relevées dans une étude européenne datée de 2012.

Manque de contrôles

Parmi les arguments avancés: son faible effet dissuasif, le marché noir de points et le manque de contrôles policiers. Ainsi, selon le porte-parole de l'IBSR, le retrait des points empêche très peu de conducteurs déchus de leur permis à ne pas prendre la voiture. Au Luxembourg, les conduites en excès de vitesse sans permis ne sont pas des faits rares, alors que la France fait, elle, face depuis plusieurs années au trafic de points.

Mais en Belgique, la principale faiblesse pour l'instauration de ce modèle concerne la fréquence des contrôles policiers. Nettement inférieurs à ceux menés en France ou aux Pays-Bas, ils sont pourtant indispensables pour l'efficacité du système à points. La mise en place de ce permis en Belgique dépendra donc, selon la presse belge, de ses modalités.

(jd/L'essentiel)

Et au Luxembourg?

Des chiffres de 2012, communiqués par rtl.lu, indiquent que le permis à point au Luxembourg a donné lieu, en dix ans, à près d'un millier de retraits de permis et à la confiscation de 500 000 points. Selon le gouvernement, ce système est une des nombreuses mesures qui a permis de contribuer à la diminution du nombre d'accidents mortels la route, passant de 64 en 2001 à 41 en 2013. Des effets positifs que le Luxembourg a encore voulu étendre par la suite en renforçant les sanctions et en étendant les infractions soumises au retrait de points, comme le téléphone au volant.

Ton opinion