A deux pas du Luxembourg: Des signes de possible corrosion ont été retrouvés à Cattenom

Publié

À deux pas du LuxembourgDes signes de possible corrosion ont été retrouvés à Cattenom

CATTENOM - En raison de suspicions de corrosion au niveau des soudures du circuit d'injection de sécurité, le réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire de Cattenom est à l'arrêt depuis le 26 mars. EDF a indiqué avoir détecté des traces pouvant déboucher sur des corrosions sous contrainte.

par
Marion Mellinger
Le réacteur concerné restera à l'arrêt au moins jusqu'à la mi-août.

Le réacteur concerné restera à l'arrêt au moins jusqu'à la mi-août.

Editpress

Des «indications» pouvant déboucher sur des corrosions sous contrainte ont été «détectées sur des portions de tuyauteries de circuits auxiliaires du circuit primaire principal de plusieurs réacteurs nucléaires», indique EDF dans une note d'information publiée sur son site Internet. Certaines de ces indications ont été détectées sur le réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire de Cattenom, située à une dizaine de kilomètres de la frontière luxembourgeoise. «Les investigations se poursuivent pour en caractériser la nature et l'origine car d'autres défauts peuvent apparaître sur ces réacteurs», précise le groupe.

Prévu initialement pour cinq semaines, l'arrêt de la tranche a été prolongé jusqu'au 14 août. À la suite de l'annonce par Montelnews.com de la découverte de «fissures de corrosion» sur Cattenom 3, les ministres de l'Environnement, Carole Dieschbourg, et de l'Énergie, Claude Turmes, ont réclamé des explications. «Les ministres souhaitent savoir s'il s'agit d'un défaut de matériel ou d'un défaut de conception et quelles sont les conséquences qui en découlent sur les autres réacteurs du site de Cattenom», indiquaient-ils dans un communiqué en fin de semaine dernière.

Ton opinion

32 commentaires