Ban de Gasperich: Le plus grand parc de la capitale verra le jour dans un an
Publié

Ban de GasperichLe plus grand parc de la capitale verra le jour dans un an

LUXEMBOURG – Le parc public du Ban de Gasperich prend forme avec son étang, ses chemins, ses pelouses, ses arbustes et bientôt ses aires de jeux. «Un îlot de verdure» dans cette nouvelle grande zone d'activité de Luxembourg-Ville

par
Thomas Holzer
1 / 28
Le parc public du Ban de Gasperich compte plus de 16 ha.

Le parc public du Ban de Gasperich compte plus de 16 ha.

Editpress/Julien Garroy

Editpress/Julien Garroy

Editpress/Julien Garroy

Des chemins de terre, de vastes pelouses et des arbustes fraîchement plantés. Situé en face du Centre national d'incendie et de secours et du Campus Vauban, le parc public du Ban de Gasperich n'est encore qu'une ébauche, mais une ébauche prometteuse. Celui qui sera le plus grand parc de Luxembourg-Ville devrait ouvrir ses portes au public au printemps prochain. «Nous sommes bien niveau planning. Nous devrions donc nous retrouver dans un an pour l'ouverture», anticipe Serge Wilmes, à l'occasion d'une visite de presse à laquelle a également participé la bourgmestre DP Lydie Polfer, mardi.

D'ici là, l'aménagement des 16,6 ha va se poursuivre au fil des mois avec «la construction des chemins sur pilotis, l'achèvement de la renaturation du ruisseau Drosbach, la mise en place des aires de jeux au cours de l'été ou encore l'installation du mobilier urbain cet hiver», détaille le premier échevin. L'étang de 7 000 m² a, lui, déjà été aménagé.Notons également l'installation future d'un terrain multisport, d'un terrain de beach-volley, d'un terrain de pétanque ou encore d'un espace «outdoor fitness».

Pour la brasserie, qui constituera un des fers de lance touristiques de ce nouveau parc, les travaux devraient commencer en octobre avec la fin du chantier prévue pour 2024. Une salle avec 96 places assises et deux terrasses dans une structure faite de verre et de métal a été conceptualisée. L'occasion pour les visiteurs de découvrir le quartier sous différentes perspectives, à l'image de ce parc qui s'inscrit dans la modernité de la capitale, insiste Serge Wilmes.

Vue de la brasserie à l'entrée du parc.

Vue de la brasserie à l'entrée du parc.

Diane Heirend - Architecture & Urbanisme

Un bon moyen également de compléter la nouvelle grande zone d'activité que constitue la Cloche d'Or. Après les grandes sociétés, les immeubles d'habitation et le centre commercial, la zone avait besoin d'espace et de verdure.

«Nous sommes convaincus que ce parc va contribuer à faire vivre ce quartier, et surtout à le dynamiser. C'est un poumon pour le Ban de Gasperich qui compte presque 10 000 habitants. De plus en plus de gens vivent dans des appartements sans jardin. Il était important de faire profiter chacun de ce nouvel espace vert. Qui plus est, il sera relié aux autres parcs de la ville avec, à terme, l'arrivée du tram», conclut l'élu CSV.

Ton opinion

0 commentaires