Diversification – Le port de Mertert étudie de nouvelles opportunités
Publié

DiversificationLe port de Mertert étudie de nouvelles opportunités

MERTERT - Touché par

la baisse de l’activité

sidérurgique, le port

de Mertert a entamé

sa diversification.

La crise de la sidérurgie a porté un coup à l’activité du port.

La crise de la sidérurgie a porté un coup à l’activité du port.

Editpress

Les soubresauts d’ArcelorMittal pèsent directement sur l’activité du port de Mertert, dont le sidérurgiste est actionnaire à hauteur de 40%. La crise, accentuée par la mise en sommeil de l’usine de Schifflange depuis fin 2011, «a fait perdre 200 000 tonnes de ferraille par an», explique Jeannot Poeker, président du conseil d’administration de la Société du port de Mertert, chargée de l’exploitation de l’infrastructure trimodale (fluviale, ferrée et routière).

Jusqu’en 2008, le trafic atteignait 1,6 à 1,8 million de tonnes. Il est descendu jusqu’à 1,06 million de tonnes l’an passé. Les produits sidérurgiques y pèsent pour un tiers, contre un peu plus de la moitié pour les produits pétroliers. Pour ces derniers, gérés par le manutentionnaire Tank -lux, la capacité de stockage va être développée. De 62 000 m3 actuellement, elle passera à 152 000 m3, «dans le meilleur des cas d’ici deux à trois ans». La construction d’un nouveau quai d’accostage attenant coûtera 8 millions d’euros à l’État, propriétaire du site. Pour répondre aux nouveaux défis de l’industrie fluviale et réduire la dépendance vis-à-vis de la sidérurgie, le port entame sa diversification. «Les sociétés présentes évaluent la rentabilité du transport de matériaux de construction (NDLR: de 0,85% du tonnage global en 2009 à 3,75% en 2013).

Mais les marges sont faibles et la concurrence de la route forte», dit Jeannot Poeker. Autre opportunité, l’accueil de conteneurs, qui ouvre un large éventail de marchandises en transit. Et laisse imaginer des liaisons depuis les grands ports du Nord, vers Mertert puis un transfert vers le site logistique de Bettembourg-Dudelange.

(L'essentiel/ Mathieu Vacon)

Ton opinion