Affrontements au Sri Lanka: Démission du Premier ministre, suicide d'un député

Publié

Affrontements au Sri LankaDémission du Premier ministre, suicide d'un député

De violents affrontements entre partisans et des manifestants antigouvernementaux ont fait deux morts et 139 blessés à Colombo.

Demonstrators and government supporters clash outside the President's office in Colombo on May 9, 2022. - Police imposed an indefinite curfew in Sri Lanka's capital on May 9 after government supporters clashed with demonstrators demanding the resignation of President Gotabaya Rajapaksa. (Photo by ISHARA S. KODIKARA / AFP)

La police a tiré des gaz lacrymogènes et a fait usage de canons à eau.

AFP

Le Premier ministre sri-lankais Mahinda Rajapaksa a démissionné lundi peu après de violents affrontements entre ses partisans et des manifestants antigouvernementaux qui ont fait deux morts et 139 blessés, a déclaré son porte-parole. «Un couvre-feu d'une durée indéterminée a été décrété par la police lundi à Colombo. Des loyalistes du camp de Gotabaya Rajapaksa, armés de bâtons et de matraques, ont attaqué les manifestants qui campent devant le bureau du président depuis le 9 avril, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La police a tiré des gaz lacrymogènes et a fait usage de canons à eau après que les partisans du gouvernement eurent franchi les rangs des policiers pour détruire les campements de milliers de manifestants anti-gouvernementaux qui exigent le départ de Gotabaya Rajapaksa.

Un député du parti au pouvoir au Sri Lanka s'est suicidé lundi après avoir tiré sur des manifestants anti-gouvernementaux en province, a annoncé la police. Selon la police, le député Amarakeerthi Athukorala a ouvert le feu sur deux personnes qui bloquaient sa voiture et les a grièvement blessées à Nittambuwa, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale. Une des deux victimes a succombé à ses blessures, ajouté la police.

«Le député a fui la scène et s'est réfugié dans un bâtiment voisin», a déclaré un responsable de la police à l'AFP par téléphone, «des milliers de personnes ont encerclé le bâtiment et il a ensuite mis fin à ses jours avec son revolver». Ces affrontements ont fait au moins 138 blessés qui ont été hospitalisées, a indiqué un porte-parole de l'hôpital.

Depuis des mois, l'île de 22 millions d'habitants subit de graves pénuries de produits alimentaires, de carburant et de médicaments. Cette crise sans précédent, imputée à la pandémie de Covid-19 qui a privé le pays des devises du secteur touristique, a été aggravée par une série de mauvaises décisions politiques, selon des économistes.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires