Au Turkménistan – Le président a présenté l'une de ses chansons
Publié

Au TurkménistanLe président a présenté l'une de ses chansons

Gourbangouly Berdymoukhamedov, président autocrate du Turkménistan, a présenté sur la télévision d'État une chanson de Noël qu'il aurait composée.

Le président turkmène, accusé par les défenseurs des droits de l'homme de diriger l'un des régimes les plus répressifs au monde, a composé et interprété à la télévision une chanson de Noël invitant ses concitoyens à «jouer la mélodie de l'amour». Le clip, dont l'esthétique n'est pas sans rappeler l'Eurovision, montre Gourbangouly Berdymoukhamedov assis devant un piano blanc, accompagné par son petit-fils de 14 ans au synthétiseur. Il a été diffusé à la télévision d'État et mis en ligne.

«Avec cette superbe mélodie et ces paroles sincères, la chanson imprègne intensément l'âme des auditeurs et laisse une forte impression», a commenté samedi un présentateur de la chaîne Turkmen Owazy. La chanson, intitulée «Rêve», a été enregistrée en anglais, en turkmène et en allemand (avec une image subliminale d'une Angela Merkel mécontente). Elle fait référence au «cercle de la vie» et invite à «laissez nos cœurs jouer la mélodie de l'amour». Le président, habillé en costume brun, sourit face caméra tandis qu'un écran derrière lui diffuse des images de flocons de neige.

La famille de M. Berdymoukhamedov apparaît rarement à la télévision d'État mais le petit-fils Kerimgouly, fils de la fille du président, fait figure d'exception notable. Les médias d'État l'ont déjà montré par le passé chantant des chansons avec son grand-père et en train de remporter de prestigieuses courses de chevaux. Le Turkménistan, pays de 5 millions d'habitants riche en hydrocarbures, est dirigé par M. Berdymoukhamedov depuis la mort de son prédécesseur Saparmurat Niazov en 2006. Le dirigeant a développé son propre culte de la personnalité et bénéficie comme Niazov d'une statue en or à son effigie à Achkhabad, la capitale.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion