Nouveau cabinet – Le président afghan a désigné son gouvernement
Publié

Nouveau cabinetLe président afghan a désigné son gouvernement

Ashraf Ghani a nommé lundi les ministres de son gouvernement, plus de trois mois après avoir été investi à la tête du pays.

Ashraf Ghani a désigné lundi les membres de son gouvernement.

Ashraf Ghani a désigné lundi les membres de son gouvernement.

AFP

Un nouveau gouvernement d'union nationale a été nommé lundi à Kaboul plus de trois mois après l'investiture du président Ashraf Ghani, alors que l'impasse politique menaçait de miner la relance économique et de nourrir l'insurrection islamiste. Le secrétaire général de M. Ghani, Abdul Salam Rahimi, a lu les noms de 25 ministres, dont trois femmes, qui vont former le nouveau cabinet, après plusieurs semaines de négociations entre les deux anciens rivaux de la présidentielle de 2014, le président et son chef de l'exécutif Abdullah Abdullah.

Parmi les nouveaux ministres figure Salahuddin Rabbani, fils d'un ancien président et chef du Haut-Conseil pour la paix, organe chargé par Kaboul de mettre la table à des pourparlers avec les talibans, qui hérite du poste de chef de la diplomatie afghane. La liste des ministres doit encore être approuvée par la chambre basse du Parlement afghan. Outre les 25 ministres, le chef des services secret (NDS) et le gouverneur de la banque centrale, ont également été désignés.

Longues négociations

Ancien cadre de la Banque mondiale, Ashraf Ghani avait été investi le 29 septembre après plusieurs semaines de blocage politique autour du deuxième tour de l'élection présidentielle du 14 juin, entachée de fraudes. Le bras de fer entre M. Ghani et son rival Abdullah Abdullah avait provoqué de dangereuses tensions entre les partisans des deux camps, menaçant de raviver les antagonismes de la guerre civile afghane entre différentes factions et ethnies (1992-1994).

Les Pachtounes, principale ethnie du pays, soutenaient M. Ghani, tandis que les Tadjiks et les Hazaras s'étaient rangés derrière M. Abdullah. Après de longues négociations sous la houlette de l'ONU et de la diplomatie américaine, M. Ghani, avait finalement été désigné vainqueur, et s'était engagé à former un gouvernement d'union nationale avec son rival.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion