Hospitalisation – Le prince Philip à l'hôpital pour le jubilé

Publié

HospitalisationLe prince Philip à l'hôpital pour le jubilé

L'hospitalisation du prince, 90 ans, a jeté une ombre lundi sur les célébrations du jubilé de diamant d'Elizabeth II, même si Buckingham s'est empressé de rassurer sur son état de santé.

Philip a été conduit à l'hôpital King-Edward VII de Londres dans l'après-midi, au troisième et avant-dernier jour des célébrations des 60 ans de règne de son épouse, a annoncé le palais dans un communiqué. Il s'agit «d'une mesure de précaution», a précisé le texte, le duc d'Édimbourg, qui aura 91 ans dimanche, «ayant développé une infection de la vessie qui est en cours de traitement». L'époux de la reine doit «rester en observation quelques jours» et il est, «de manière fort compréhensible, très déçu de rater le concert» organisé lundi soir, «ainsi que les cérémonies plus solennelles prévues demain».

Connu pour son infatigable énergie, au moins égale à la fréquence de ses gaffes, le duc d'Édimbourg avait déjà été hospitalisé en urgence en décembre dernier, pour une artère coronaire bouchée. Cette alerte l'avait empêché de participer aux traditionnelles célébrations de Noël de la famille Windsor, et l'a conduit a alléger son programme. Dimanche, il était cependant apparu vaillant tout au long de la parade nautique sur la Tamise, dans son uniforme de Lord Grand Amiral de la Navy. Durant près de quatre heures, en dépit du froid et des violentes averses, il était resté debout, stoïque à l'image de la reine. Saluant régulièrement de la main le défilé d'un millier de navires. Les caméras l'ont même surpris à marquer la cadence au passage d'orchestres embarqués à bord du navire.

Le prince est presque aussi important

La nouvelle de son hospitalisation s'est répandue comme une traînée de poudre dans les rangs des milliers de badauds présents aux abords du palais pour assister au concert sur des écrans géants. «Il est presque aussi important pour la monarchie que la reine elle-même», a expliqué Nigel Hainsworth, qui campait pour être aux premières loges de la procession de la reine en carrosse mardi. «Il a été un roc pour elle, il n'y a aucun doute là-dessus», a renchéri son père John.

L'information a aussi dominé les conversations parmi les 10 000 invités, tirés au sort, du pique-nique «royal» sur les pelouses du palais. Au menu, le «poulet du couronnement» concocté par le chef trois fois étoilé Heston Blumenthal, du saumon d'écosse «fumé au thé lapsang souchong» et du crumble aux fraises de Sandringham, une des résidences royales. Les convives devaient ensuite assister au concert géant en présence de 18 000 spectateurs, retransmis en direct par la BBC, à compter de 20h30. L'affiche réunit les plus grands noms de la scène pop et rock britannique, pour beaucoup des vétérans décorés par la reine, de Sir Elton John, remis d'une récente pneumonie, à Sir Paul McCartney en passant par Sir Cliff Richard et Dame Shirley Bassey.

4 200 lanternes

Cette dernière doit entonner la chanson générique d'un des James Bond, «Les Diamants sont éternels», clin d'œil au jubilé de diamant de la souveraine. La rumeur voulait que le prince Harry, 3e dans l'ordre de succession, joue du tambourin sur scène. Le groupe de ska Madness doit jouer du toit du palais de Buckingham, en écho à la fameuse performance du guitariste de «Queen», Brian May, perché au même endroit pour le jubilé d'or de 2002. Elizabeth II, 86 ans, pourrait, selon la BBC, porter discrètement des boules quiès, comme en 2002.

Il lui revient d'allumer à 22h30, l'une des 4 200 lanternes qui formeront une chaîne des îles Tonga à Malte, en passant par le Kenya où la jeune Elizabeth apprit en 1952 la mort de son père George VI. Une centaine de ces fanaux doivent briller dans les pays du Commonwealth, qui réunit 54 pays, pour la plupart d'anciennes colonies britanniques. Mardi, est prévue une messe en la cathédrale Saint-Paul, suivie d'une procession en carrosses et d'une apparition de la reine au balcon du palais.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion