16 morts en Catalogne – Le procès des attentats de 2017 s'ouvre en Espagne

Publié

16 morts en CatalogneLe procès des attentats de 2017 s'ouvre en Espagne

L'Espagne juge, à partir de mardi, trois hommes soupçonnés d'avoir aidé la cellule jihadiste qui a tué seize personnes en 2017, à Barcelone, et dans une autre ville de Catalogne.

Les auteurs de la double attaque étaient morts sous les balles de la police.

Les auteurs de la double attaque étaient morts sous les balles de la police.

AFP

L'Espagne juge, à partir de mardi, trois hommes soupçonnés d'avoir aidé la cellule jihadiste responsable du double attentat qui avait tué 16 personnes en 2017 à Barcelone et dans une autre ville de Catalogne. Organisé sous forte surveillance policière, le procès doit démarrer à 10h (9h GMT) devant le tribunal de l'Audience nationale à San Fernando de Henares, dans la banlieue est de Madrid. Il est prévu qu'il dure jusqu'au 16 décembre.

Les attaques du 17 et 18 août 2017, revendiquées par le groupe État islamique (EI) et qui firent également 140 blessés, avaient visé la célèbre avenue des Ramblas, en plein centre de Barcelone, où une camionnette-bélier avait foncé sur les passants, ainsi que la station balnéaire de Cambrils, à 100 km plus au sud. Sur le banc des accusés se trouveront deux membres présumés du groupe et un homme présenté comme un complice.

Barcelone et Cambrils

Les auteurs de la double attaque étaient morts sous les balles de la police, notamment Younes Abouyaaqoub, le Marocain de 22 ans qui conduisait la camionnette sur les Ramblas, y tuant 14 personnes, en majorité des touristes étrangers, et en blessant plus d'une centaine. Dans sa fuite, l'assaillant avait assassiné une autre personne pour lui voler sa voiture avant de disparaître.

Quelques heures après le massacre des Ramblas, cinq autres membres de la cellule avaient perpétré la seconde attaque sur la promenade du bord de mer de Cambrils, y renversant plusieurs personnes avec un véhicule avant de poignarder mortellement une femme.

Les cinq hommes furent ensuite abattus par la police, tout comme Younes Abouyaaqoub, tué dans un champ de vignes proche de Barcelone quelques jous plus tard.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion