Violence à Metz – Le pronostic vital de la victime n'est plus engagé

Publié

Violence à MetzLe pronostic vital de la victime n'est plus engagé

METZ - Sevgi CK, sauvagement agressée par son ex-mari dans le quartier de Borny le 3 juin dernier, va survivre, a indiqué le parquet de Metz.

L'état de santé de la mère de famille s'améliore, a confié le parquet de Metz à nos confrères de France Bleu Lorraine Nord. Son pronostic vital n'est en effet plus engagé. Jeudi dernier, Sevgi CK, 46 ans, avait été grièvement blessée par son ex-mari qui l'avait poursuivie dans le quartier de Borny, avant de lui tirer dessus à plusieurs reprises, «quasiment à bout portant», avait précisé le procureur de Metz qui avait dénoncé un «déchaînement de violence». L'agresseur s'était ensuite donné la mort.

Transportée à l'hôpital dans un état critique, la mère de famille a pu compter sur de nombreux soutiens: une marche organisée samedi dernier a rassemblé près de 400 personnes.

Cette agression était la deuxième de ce type en quelques jours en Moselle. À peine trois jours plus tôt, Stéphanie Di Vincenzo était assassinée par son compagnon en plein cœur d'Hayange.

Les procureurs veulent plus de moyens

Les politiques de la région ont réagi, dénonçant des dysfonctionnements: «Ce drame pose des questions, le lien entre la police et la justice, le suivi des signalements, le suivi des dépôts de plainte», a déclaré le président de la région Grand Est, Jean Rottner. Le maire de Metz, François Grosdidier regrettait que «chacun [soit] dans son couloir, la police, la justice, la mairie, les bailleurs sociaux... Les informations ne circulent pas assez quand il s'agit de protéger».

Lundi, les procureurs ont demandé des moyens supplémentaires pour lutter contre les violences conjugales, exigeant notamment de doter chaque parquet d'un assistant spécialisé ou d'un juriste assistant dédié spécifiquement à «cette grande cause nationale».

Selon le collectif «Féminicides par compagnons ou ex», 49 féminicides ont été recensés en 2021. En 2020, le ministère de l'Intérieur en avait décompté 90, contre 146 l'année précédente.

(mc/L'essentiel/AFP)

Ton opinion