Projet au Luxembourg – Le rap et la danse pour combattre les problèmes

Publié

Projet au LuxembourgLe rap et la danse pour combattre les problèmes

LUXEMBOURG - Le projet «Loos alles eraus» permet a des jeunes atteints de maladies psychologiques d'exprimer leurs divers problèmes à travers le rap et la danse.

Les jeunes sont soutenus par leurs éducateurs pendant le projet.

Les jeunes sont soutenus par leurs éducateurs pendant le projet.

Projet «Loos alles eraus»

Le projet «Loos alles eraus» permet à vingt jeunes d'exprimer leurs sentiments sur les problèmes de leur âge, à travers la musique et la danse. Cela concerne notamment la puberté, mais des problèmes psychologiques ou des maladies, comme l'hyperactivité, les troubles de l'alimentation, les crises de panique, les phobies ou les dépressions. La musique aide à gérer les sentiments de ces jeunes.

C'est l'association «EME - Écouter pour mieux s'entendre» qui est à l'origine de ce projet, en collaboration avec le Service national de psychiatrie juvénile de l'Hôpital Kirchberg et le Rocklab de la Rockhal. Le projet est dirigé par la chorégraphe luxembourgeoise Sylvia Camarda et le rappeur David Galassi. Les deux artistes ont été impressionnés par les jeunes. «Au départ, certains d'entre eux étaient réticents. Mais quand ils ont compris qu'ils bénéficiaient de la liberté absolue sur scène, ils se sont impliqués de façon géniale, s'extasie Sylvia Camarda. Ils apprennent à connaître leurs corps et à exprimer leurs sentiments à travers les mouvements». «Les jeunes ont beaucoup de choses à dire, ajoute David Galassi. Je suis vraiment étonné de la qualité des textes».

Les répétitions se font deux fois par semaine, une fois dans la capitale et une fois dans les locaux de l’hôpital de jour à Esch-sur-Alzette. Le directeur du Rocklab, Sam Reinard, vient d'annoncer, dans une conférence de presse mardi, que les jeunes se produiront au Club de la Rockhal, le 27 avril prochain. «Nous soutenons ce projet tant que nous pouvons», a-t-il expliqué. Les thérapeutes du Service national de psychiatrie juvénile suivent également les progrès des adolescents avec beaucoup d'attention. «Cela les aide énormément. Sylvia et David sont des vrais modèles pour eux et ils apprennent à se connaître eux-même d'une façon tout à fait nouvelle. Nous sommes extrêmement reconnaissants que ce projet, qui n'était prévu que jusqu'en décembre, soit prolongé jusqu'en avril».

Le directeur du Rocklab, Sam Reinard, explique le projet réalisé avec l'association «EME»:

(Jessica Oé/L'essentiel)

Avant-goût ce samedi

Les adolescents du projet donneront un avant-goût de leur savoir-faire lors de leur passage dans «Work in Progress», samedi à 18h, dans le Floor-Room de la Rockhal. L'entrée est gratuite.

Le grand spectacle aura lieu le 27 avril 2017. Plus d'informations sur le site EME Stiftung ou par mail à contact@fondation-eme.lu

Ton opinion