En France – Le remontage de bretelles de Macron n'a servi à rien

Publié

En FranceLe remontage de bretelles de Macron n'a servi à rien

Lors de sa visite aux Antilles, Emmanuel Macron avait fait la morale à un ex-braqueur dans l'espoir qu'il s'assagisse. Le jeune homme vient d'écoper de 4 mois de prison de ferme.

Sermonné par Macron, Reaulf Flemming (à droite de cette image qui a fait scandale) a de nouveau fauté.

Sermonné par Macron, Reaulf Flemming (à droite de cette image qui a fait scandale) a de nouveau fauté.

Leur rencontre avait fait grand bruit dans les médias francophones et sur les réseaux sociaux. En visite aux Antilles en septembre dernier, Emmanuel Macron avait échangé quelques mots avec des jeunes en difficulté. Il avait ensuite pris la pose avec deux individus, dont l'un, torse nu, avait dégainé un doigt d'honneur pour la photo. Avant cela, une vidéo diffusée en direct sur le compte Instagram de l’Élysée montrait le président français faire la morale à l'autre jeune homme, tout juste sorti de prison: «T'es costaud comme tout, il faut pas rester comme ça et refaire des bêtises. Les braquages, c'est fini. Il faut reconstruire. Ta mère mérite mieux que ça», avait lancé Emmanuel Macron, à Reaulf Flemming, 22 ans.

Force est de constater que le remontage de bretelles présidentiel n'a pas eu l'effet escompté: le jeune homme est de retour en prison. Reaulf Flemming a été interpellé vendredi, à Saint-Martin, pour possession de stupéfiants et rébellion, rapporte Le Parisien. L'individu se trouvait avec une dizaine d'autres personnes quand des gendarmes et une brigade cynophile ont procédé à un contrôle de routine.

C'est là que Reaulf Flemming a pris la fuite avant d'être rattrapé par les forces de l'ordre. Marqué par le chien de la brigade, le sac du jeune homme contenait 5 pochons de résine de cannabis, soit environ 20 grammes. Pendant son arrestation, l'ex-braqueur a résisté, assénant des coups de pied aux gendarmes. Jugé en comparution immédiate, mercredi, Reaulf Flemming a écopé de huit mois de prison, dont quatre avec sursis, pour détention de stupéfiants et rébellion.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion