Stupeur en Australie – «Le requin lui a déchiré le corps en deux et l'a avalé»
Publié

Stupeur en Australie«Le requin lui a déchiré le corps en deux et l'a avalé»

Sydney n’avait plus connu d’attaque mortelle de requin depuis 1963. Un nageur s’est fait dévorer par un prédateur d’environ quatre mètres, devant des témoins.

Sydney n’avait plus connu d’attaque mortelle de requin depuis 1963. Mercredi, un nageur s’est fait dévorer par un prédateur d’environ quatre mètres de long, près de Little Bay Beach. Alertés par les hurlements désespérés de la victime, plusieurs pêcheurs et baigneurs ont assisté au drame, impuissants. «Quelqu’un vient de se faire manger par un requin! Oh bon sang c’est insensé. C’est un grand requin blanc. La personne est toujours là-bas!», entend-on dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux.

«Je viens de voir un grand requin blanc se ruer à la surface sur un nageur, c’était comme si une voiture atterrissait sur l’eau. J’ai entendu un cri et le requin lui a arraché le corps en deux. […] Il est revenu, a avalé des morceaux et a disparu», raconte l’auteur de la vidéo. L’alerte a été donnée, et des hélicoptères ainsi que des sauveteurs en jet-ski se sont lancés à la recherche du malheureux, rapporte ABC.

«Je vomis sans arrêt, c’est très traumatisant»

Des dizaines de baigneurs ont reçu l’ordre de sortir de l’eau. Les restes de la victime, ainsi qu’une partie de sa combinaison, ont été retrouvés peu après, a confirmé la police de la Nouvelle-Galles du Sud. Les autorités ont indiqué qu’une enquête était en cours et que la plage resterait fermée jusqu’à nouvel avis. «Malheureusement, cette personne a subi des blessures catastrophiques et les secours n’ont pas pu faire grand-chose à leur arrivée», a indiqué Lucky Phrachanh, responsable des services ambulanciers de Nouvelle-Galles du Sud.

L’identité de la victime n’a pas été révélée, mais il s’agirait d’un habitant de la région qui connaissait bien cette plage et nageait souvent dans le coin. «C’est terrible. Je tremble. Le requin n’arrêtait pas. Je vomis sans arrêt, c’est très traumatisant», confie un autre témoin.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion