Arnaque – Le retour de «l'escroc irlandais» au Luxembourg?
Publié

ArnaqueLe retour de «l'escroc irlandais» au Luxembourg?

BERCHEM – Un homme, au mode opératoire similaire au fameux arnaqueur irlandais, aurait de nouveau sévi dans une station-service, mardi. Un lecteur témoigne.

Selon notre lecteur, il n'a pas rencontré l'escroc dont les photos avaient été publiées ces dernières années (ci-dessus), mais un autre homme avec le même mode opératoire.

Selon notre lecteur, il n'a pas rencontré l'escroc dont les photos avaient été publiées ces dernières années (ci-dessus), mais un autre homme avec le même mode opératoire.

Archive

Un homme se présente comme un Irlandais en galère au Luxembourg, après avoir perdu ses papiers. Pour pouvoir rentrer dans son pays, il a besoin d’argent liquide, qu’il promet de rembourser dès le lendemain par virement. Le scénario, entendu à plusieurs reprises en 2017 et 2018 au Luxembourg, semble s’être répété cette semaine. Florian, un lecteur de L’essentiel, s’est fait aborder par un homme se présentant sous le nom de David Doyle, qui a raconté la même histoire.

«Je me suis arrêté sur l’aire de Berchem avant de rentrer en France, lorsque l’homme est sorti de sa voiture et m’a abordé, raconte-t-il. Il m’a dit qu’il n’avait rencontré personne de la journée qui comprenait l’anglais, ce que j’ai trouvé bizarre au Luxembourg!». Notre lecteur s’est méfié, mais a engagé la conversation avec l’homme, qui voyageait dans une BMW immatriculée au Royaume-Uni, à bord de laquelle se trouvaient une femme et des enfants.

Parti sans laisser de traces

«C’était bizarre, il m’a dit qu’il avait besoin de 700 euros pour prendre le ferry, mais on a fait ensemble la simulation sur smartphone, il y en avait pour 150 euros», reprend l’automobiliste. Globalement, il a trouvé que l’homme «avait toutes les techniques» pour susciter l’attention, qu’il avait «réponse à tout», mais que son récit «était parfois défaillant. Il a raconté une histoire sur l’ambassade bloquée, sur Western Union qui ne fonctionnait pas. C’était peu compréhensible, il passait très vite sur les détails».

Pas prêt à donner de l’argent malgré l’insistance de son interlocuteur, notre lecteur a proposé de passer un coup de fil «à un oncle qui travaille dans un consulat». Le présumé Irlandais a proposé «de le laisser cinq minutes», mais après l’appel, «il avait disparu, tout comme sa voiture». Florian avait son numéro, puisqu’il lui a envoyé un RIB sur WhatsApp, mais son correspondant l’a bloqué juste après avoir disparu. L’adresse qu’il lui a donnée «ne semble pas exister».

S’agit-il du même escroc que celui aperçu il y a quelques années? «Ce n’était pas celui que l’on voit sur les photos publiées sur L’essentiel, mais l’un de vos articles indiquait qu’il y avait plusieurs hommes impliqués», relate Florian. Celui vu mardi «mesure environ 1,70 m et est un peu costaud, légèrement enrobé». Il a contacté la police, qui ne peut rien faire sans la plaque. Contactée, celle-ci n’a pas confirmé le retour de l’escroc ou d’un complice, affirmant voir passer «régulièrement des arnaques de toutes sortes».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion