Premières ventes au Japon – Le robot Pepper débute sa commercialisation

Publié

Premières ventes au JaponLe robot Pepper débute sa commercialisation

Promis depuis des mois, le robot semi-androïde Pepper sera disponible au Japon à partir du 27 février à raison d'un premier lot de 300 exemplaires pour les développeurs.

La vente des 300 robots Pepper s'effectuera en ligne et dans la boutique SoftBank du quartier d'Omotesando à Tokyo, avec la priorité donnée aux développeurs qui ont manifesté leur intérêt depuis septembre dernier et ont été tirés au sort. Un deuxième lot de Pepper est prévu pour cet été. Le prix du robot seul est fixé à 213 840 yens (1 584 euros) l'unité.

Une liste d'applications et de fonctionnalités sont également disponibles moyennant le paiement de 575 424 yens (4 262 euros) en 36 mensualités, ainsi qu'une garantie optionnelle pour 381 024 yens (2 822 euros) à régler en 36 fois. Le coût total toutes options comprises dépasse ainsi 1,17 million de yens (8 668 euros).

Communication à distance

Au regard de ce que coûtent généralement les plateformes de développement robotique, Pepper peut être considéré comme bon marché par les entreprises de logiciels dédiés aux machines. SoftBank avait déjà mis quelques Pepper à la disposition de plusieurs développeurs à l'automne dernier, créateurs qui devraient présenter ce week-end leurs réalisations dans le cadre d'un concours spécial.

Pepper, robot semi-humanoïde blanc d'un peu plus d'un mètre de haut monté sur roulettes, s'appuie sur l'intelligence artificielle déportée en réseau. Il sait notamment comprendre quand quelqu'un est content, triste ou en colère et est en théorie capable d'entretenir une conversation avec une personne, à condition que cette dernière ne dévie pas trop de la direction décidée par le robot. L'androïde communique aussi à distance avec ses pairs à travers un réseau d'échange de données pour que chacun enrichisse ses connaissances et réagisse de mieux en mieux vis-à-vis des humains.

«Pepper est le premier robot à vraiment comprendre les hommes», se plaît à souligner le fondateur et patron de SoftBank, Masayoshi Son, ajoutant que «les enfants de demain sauront dès la naissance communiquer avec des robots». «Le but de SoftBank est de rendre les gens heureux grâce à la révolution de l'information», insiste aussi régulièrement le gourou nippon du secteur.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion